89 mois, Caroline Michel

89 mois, Caroline Michel

89 mois

L’histoire

“J’ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J’en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea.”

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

Mon avis

Cet été, j’ai enchainé les coups de cœur inattendus. Et 89 mois de Caroline Michel n’a pas fait exception à cette vague de bonheur littéraire ! Ce joli roman raconte l’histoire de Jeanne, une jeune trentenaire qui voit partir l’homme de sa vie. Sauf qu’il n’a pas emporté avec lui son désir d’enfant. Et plutôt que d’attendre un nouveau prince charmant, Jeanne va prendre la décision de faire un bébé toute seule, comme dans la chanson.

On suit donc cette héroïne très moderne dans une quête effrénée du géniteur parfait, tout en assistant aux réactions de ses proches (qui se montrent plus ou moins compréhensifs) et à ses propres hésitations. Car Jeanne n’est pas inconsciente, elle sait qu’elle prend des risques, elle sait que la situation n’a rien d’idéal, mais elle ose avouer son désir, l’assumer et faire tout ce qui lui est possible de faire pour réaliser son rêve de devenir maman.

On comprend ou on ne comprend pas le personnage (pour ma part, j’ai trouvé sa réflexion juste et authentique, et son projet plein d’un amour maternel déjà bien ancré et indiscutable), dans tous les cas on ne peut qu’apprécier la plume de Caroline Michel qui possède une vraie voix, un style bien à elle pour nous conter les chroniques douces-amères d’une jeune femme de son époque.

Par ailleurs, j’ai beaucoup aimé Jeanne, sa façon de s’adresser à sa fille (qui n’est pourtant pas née, encore moins conçue !) et la personne qu’elle devient à la fin du roman. Une fin qui m’a d’ailleurs laissée sur un sentiment de plénitude, grâce à un personnage qui a fait tout un cheminement personnel pour comprendre enfin quelle était sa place dans sa propre vie.

J’aurais bien aimé connaître la suite des aventures de Jeanne et c’est sans hésitation que je lirai le prochain roman de Caroline Michel, une auteure à découvrir de toute urgence !

Ma note : 5/5

 

89 mois de Caroline Michel, chez Préludes, 288 pages, 14,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow