Cueilleuse de thé, Jeanne-Marie Sauvage-Avit

exe_Cueilleuse_the_sauvage_155.inddL’histoire

Au Sri Lanka, l’ancien Ceylan, Shemlaheila est cueilleuse de thé dans une plantation. Depuis dix ans déjà, elle ploie sous les lourds sacs de feuilles de thé et sous le joug des contremaîtres, mais, à l’aube de ses vingt ans, la jeune femme a d’autres rêves. Elle est bien décidée à partir, à échapper à la condition de celles qui, dans les théiers et dans les maisons, sont au service des hommes. Elle ne sera pas cueilleuse de thé toute sa vie, comme sa mère, comme toutes ces femmes asservies qui n’ont d’autres horizons que les interminables rangées de théiers…
Du Sri Lanka à Londres, à la découverte d’un pays complètement différent du sien, Shemla va découvrir une autre culture, d’autres personnes et surtout d’autres envies. La cueilleuse de thé qu’elle a toujours été choisira-t-elle de revenir au pays, ou de se créer une nouvelle vie ?

Mon avis

Cueilleuse de thé a remporté le dernier Prix du Livre Romantique organisé par les Éditions Charleston. De quoi nous donner encore plus envie de découvrir ce roman dont le résumé promet un voyage vers de nouveaux horizons, à travers le destin d’une femme exceptionnelle !

L’intrigue se déroule de nos jours, entre le Sri Lanka où notre héroïne, une jeune indienne prénommée Shemlaheila, subit le quotidien extrêmement difficile des cueilleuses de thé, et Londres où elle va pouvoir prendre le nouveau départ qu’elle attend depuis toujours.

J’ai beaucoup apprécié ce personnage fort, qui se donne les moyens de réaliser ses rêves alors qu’elle aurait pu se laisser submerger par les difficultés et le poids d’un lourd secret. Shemlaheila est une femme admirable dans ce sens, à la fois volontaire et déterminée tout en restant une personne humble et sensible.

On ne peut rester indifférent face à son histoire et on la suit avec intérêt dans tout ce qu’elle entreprend : sa fuite de la plantation de thé, son embarquement mouvementé à destination de l’Angleterre, sa vie à Londres qui au début n’est vraiment pas à la hauteur de ses espérances et lui apporte son lot de désillusions…

La plume de Jeanne-Marie Sauvage-Avit est l’un des points forts de ce roman : les mots sont justes, choisis avec soin et décrivent sans fard la vie difficile que mènent les femmes, que ce soit en Inde ou en Angleterre, à travers la condition d’une immigrée désireuse de s’intégrer dans une société occidentale où les chances sont inégales, comme partout finalement.

Je n’aurais qu’un seul reproche à faire à ce roman : celui d’être trop court ! Shemlaheila est un personnage que l’on ne peut oublier, tout comme les autres protagonistes féminins du roman, que ce soit Twinny, la vieille dame anglaise sur qui Shemla va devoir veiller et avec qui elle va nouer une relation particulière, ou encore Pokonaruya et Mohanty, toutes deux restées sur la plantation où elles subissent la violence du contremaitre…

Cueilleuse de thé est encré dans la réalité, ce qui le rend d’autant plus fort, plus beau aussi… C’est un roman qui laisse son empreinte et pousse à la réflexion. Un livre à lire de toute urgence !

Ma note : 5/5

 

Cueilleuse de thé de Jeanne-Marie Sauvage-Avit, Éditions Charleston, 320 pages, 18 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Contemporain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *