De si jolis mensonges…, Léa Laurent

De si jolis mensonges…, Léa Laurent

couv-jolis-mensongesL’histoire

Un brin délurée et paresseuse, sans un sou en poche et totalement accro du shopping. Voilà Lizzy Sullivan, 29 ans, une jeune femme incapable de garder un emploi et encore moins une relation amoureuse. Mais Lizzy en a assez d’attendre que le bonheur lui tombe dessus. Elle décide donc de passer à l’action. Et réussit à se faire embaucher comme styliste pour une grande marque de chaussures en s’inventant un CV et des compétences qu’elle est très loin d’avoir. Après tout, un mensonge n’a jamais fait de mal à personne… A condition de ne pas confier ses secrets à n’importe qui, surtout pas à un collègue un peu trop séduisant. Des petits mensonges certes, mais de grands désastres en perspective…

Mon avis

Dans De si jolis mensonges…, on fait la connaissance de Lizzy Sullivan, une héroïne qui n’est pas sans rappeler la célèbre Becky Bloomwood de la série L’accro du shopping imaginée par la reine de la chick-lit, Sophie Kinsella. Et on retrouve son côté drôle et un peu fou mais aussi ses plus grands défauts : en plus d’être un vrai panier percé, Lizzy Sullivan a le chic pour se mettre dans des situations impossibles. Elle ment souvent et se montre irresponsable à de nombreuses reprises, ce qui peut faire tiquer vu son âge…

Mais Lizzy est également très attachante, surtout quand on fait la connaissance de sa famille, en particulier sa mère qui ne manque jamais de lui faire remarquer à quel point elle n’est pas à la hauteur face à son frère qui arrive à être parfait en toutes circonstances.

J’ai passé un bon moment avec ce roman, surtout parce que j’ai éprouvé de la sympathie pour… l’auteure. Cela peut paraître bizarre dit comme ça et pourtant c’est ce que j’ai ressenti : Léa Laurent aime ses personnages et on sent qu’elle s’éclate à leur faire vivre toutes sortes de péripéties. C’est cela qui m’a le plus séduit, peut-être même plus que l’intrigue elle-même.

Sa bonne humeur est communicative et son roman fait du bien, surtout dans ce contexte morose. En résumé, De si jolis mensonges… est une bonne petite “rom com” sans prétention, parfaite pour se changer les idées. Son contenu est aussi coloré que sa couverture, la recette idéale pour voir la vie en rose quelques heures !

 

De si jolis mensonges… de Léa Laurent, City Editions, 256 pages, 16,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow