Du domaine des Murmures, Carole Martinez

du-domaine-des-murmures

En 1187, le jour de son mariage, la jeune Esclarmonde refuse de prendre pour époux celui qui lui est destiné, Lothaire de Montfaucon. Bravant devant tous l’autorité de son père, le seigneur du domaine des Murmures, elle annonce  sa volonté de consacrer sa vie au service de Dieu. Emmurée vivante dans une cellule attenante à la chapelle du château, exactement comme elle l’a souhaité, Esclarmonde pense avoir échappé au pire et gagné la seule liberté qui lui était possible dans ce monde… avant de réaliser le sort exceptionnel et tragique qui lui est réservé.

Un souffle épique

Le résumé de ce roman m’a beaucoup intriguée : comment rendre intéressante une intrigue qui se déroule dans un espace aussi restreint, avec pour héroïne une jeune femme qui ne recherche que la solitude et la prière ? J’étais loin d’imaginer que  l’histoire serait racontée d’une façon aussi lyrique, comme une légende que l’on écouterait le soir au coin du feu, ou en l’occurrence, à l’approche d’un château où résonnent encore les murmures des recluses…

Entre quatre murs, le monde…

Esclarmonde n’a que quinze ans quand elle prend l’unique et la plus grave décision de sa vie, et au fil des ans, on voit le personnage gagner en force et en maturité. Enfermée, avec une simple fenestrelle pourvue de barreaux pour communiquer avec le monde des vivants, elle s’épanouit dans la foi avant de devoir affronter de nouvelles épreuves, dans la solitude la plus profonde.

Le poids du secret et du silence, la quête de la rédemption, l’expérience mystique quand elle assiste aux Croisades en Terre Sainte à travers les yeux de ses proches… Et puis, ce rôle de sainte en devenir, puisque les pèlerins viennent du monde entier se confier à la recluse et lui demander de prier pour leur salut. Un rôle inattendu, qui va lui permettre de goûter à l’ambition et au pouvoir, avant de sceller son sort de la façon la plus violente qui soit.

Ce roman est une belle découverte, et j’ai été emportée par la plume de Carole Martinez, qui se distingue vraiment des autres auteurs contemporains que j’ai pu lire jusqu’à présent.

Et vous, qu’avez-vous pensé de cette incursion dans le domaine des Murmures ?

Du domaine des Murmures, de Carole Martinez, Gallimard, 208 pages, 17,15 €.

Vous aimerez peut-être...

7 Commentaires

Catégorie Historique

7 réponses à Du domaine des Murmures, Carole Martinez

  1. Voilà qu’un an a passé et je me rends compte que je n’ai toujours pas lu ce livre. Il devrait sortir en poche bientôt…

  2. Sue

    Sa poésie résonne encore en moi. C’est tout à fait ça, ce récit est comme une légende racontée aux veillées! J’ai beaucoup aimé même si au départ la jeune héroïne ne m’a pas trop convaincue; heureusement, j’ai su écouter sa profondeur et là, je me suis totalement laissée emporter.
    (Je découvre ton blog et j’aime beaucoup ce que tu lis et ce que tu dis, je reviendrai!!!!)

    • Coralie

      J’ai trouvé beaucoup de poésie et de lyrisme dans ce livre effectivement, c’était une bonne surprise ! “Le cœur cousu” m’attend sagement sur le haut de ma PAL, je pense que je passerai un bon moment 😉
      (Merci, ça me fait très plaisir !!!!)

  3. Pingback: Le cœur cousu, Carole Martinez

  4. J’ai moi aussi beaucoup aimé l’écriture de l’auteure mais pas été spécialement emballée par le thème de ce livre c’est pourquoi je souhaite découvrir d’autres de ses romans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *