Insatiable, Meg Cabot

L’histoire

Dialoguiste pour la série TV “Insatiable”, Meena Harper possède un don : elle prédit la mort des gens. Ce qui lui permet de sauver la vie de certains d’entre eux. Son rêve de devenir rédactrice en chef de la série se voit réduit à néant quand la place est donnée à sa rivale Shoshona. Manquant de se faire dévorer par des chauves-souris, Meena est sauvée par Lucien Antonescu, le prince des ténèbres, venu à New York mettre fin à une série de meurtres impliquant certains de ses sujets. Lorsque Meena l’apprend, il est trop tard : elle est déjà amoureuse. Partagée entre le doute et l’épouvante, elle est forcée de se rendre à l’évidence quand elle se retrouve impliquée dans une véritable guerre de clans.

Mon avis

Pour être honnête, j’ai sorti ce livre de ma PAL un peu pour m’en débarrasser, vu qu’Abandon (mon dernier Meg Cabot en date) n’a pas été un franc succès, mais plutôt un fiasco total. Contre toute attente, je dois avouer que je me suis bien amusée. Je n’irai pas jusqu’à me précipiter sur la suite – faut pas pousser mémé dans les orties ! – mais j’ai passé un bon moment avec ce roman bit-lit très mordant

L’héroïne, Meena, est une jeune femme comme les autres. Enfin presque : elle bosse à la télé sur une série très populaire, et surtout, elle peut voir de quelle façon ses proches vont mourir. De quoi la mettre dans l’embarras ! Pire : alors qu’elle fait une overdose de vampires (on sent que le roman a surfé sur le phénomène Twilight, True Blood & co), voilà qu’elle en rencontre un en chair et en os. Rien que le “Prince des Ténèbres” en personne. Sacrément sexy pour compliquer le tout.

Bon, on n’évite pas les clichés du genre que Meg Cabot avait pourtant habilement contourné ou porté en dérision au début du roman, mais franchement ça passe très bien ! C’est un roman léger, plein d’humour et de personnages très bien croqués pour le coup : l’héroïne est adorable, le vampire très séduisant forcément, le frère gaffeur et le chasseur de vampires sont également très drôles. Seul bémol : la traduction. Les phrases du genre “ohmondieu” et “maisbiensur” m’ont passablement agacée, surtout qu’elles apparaissent assez souvent. Mais bon… Rien de grave.

Alors attention, je ne dis pas que c’est un chef d’œuvre du genre, juste qu’Insatiable est un roman très divertissant. Pas plus, pas moins !

Insatiable, de Meg Cabot, Black Moon, 567 pages, 18 €.

Vous aimerez peut-être...

2 Commentaires

Catégorie Jeunesse / Young adult, Science Fiction / Fantasy / Fantastique

2 réponses à Insatiable, Meg Cabot

  1. C’est à peu près mon ressentit aussi après ma lecture ☺
    Malgré les clichés, une lecture très agréable qui donne envie de poursuivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *