Interview de Carène Ponte, du blog “Des mots et moi” au premier roman !

Après avoir remporté un concours de nouvelles avec Trois femmes, Carène Ponte a sorti Un merci de trop, son premier roman auto-édité chez Librinova. Rencontre avec une auteure passionnée, à la bonne humeur communicative !

Comment t’est venu le désir d’écrire ?

Quand j’étais en primaire, lorsqu’en début d’année on nous interrogeait sur le métier que l’on voulait faire plus tard, je répondais « écrivain » en toute humilité !  Pourquoi cette envie, je ne saurais l’expliquer. J’ai toujours lu beaucoup, je crois que je voulais être comme ceux qui inventent des histoires. J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour les auteurs. Encore aujourd’hui, à chaque fois que je lis un roman, je me dis « ce que c’est bien écrit », « qu’est-ce que j’aimerais écrire comme ça ». Je suis bluffée par l’imagination de certains. Encore plus aujourd’hui car je réalise ce que cela implique et combien cela demande comme temps.

Tu as gagné un concours de nouvelles avec 3 femmes en 2014, puis publié ton premier roman chez Librinova…

J’ai aussi fait partie des lauréats du concours écrire auféminin 2014 (3ème place). Je le dis parce que j’en suis tellement fière ! Que des professionnels apprécient ma manière d’écrire est un bonheur immense. Après la publication de 3 femmes chez Librinova, il m’a semblé tout naturel de poursuivre l’aventure avec l’équipe et d’y publier mon premier roman. Le soutien, les encouragements, la bienveillance sont essentiels et c’est ce que m’apportent les filles de Librinova, Charlotte et Laure. J’avoue que depuis l’été 2014, j’ai un peu l’impression de vivre dans un rêve. Et la gamine de 10 ans en moi ne cesse de faire des bonds et hurler de joie !

Quelle est ta façon de travailler ? As-tu des rituels ? Des astuces… ?

J’aimerais pouvoir dire que j’ai une discipline, que j’écris une heure tous les jours, parce que je suis convaincue que c’est une bonne méthode. Mais pour l’instant j’en suis incapable. J’écris de manière aléatoire, parfois beaucoup pendant plusieurs jours puis plus rien pendant une semaine. Il faut dire que le blog Des mots et moi me prend aussi pas mal de temps. L’histoire de mon roman, Un merci de trop est un peu particulière puisqu’elle a débuté sur le blog. J’ai d’abord écrit une nouvelle, puis j’ai repris le personnage de Juliette pour lui faire vivre un second chapitre. Les lecteurs ont adhéré, j’ai continué. Chaque semaine j’ai ajouté un rebondissement, je n’avais pas vraiment d’idée au départ et puis au fur et à mesure l’intrigue s’est construite. C’est assez magique comme mode d’écriture mais en fait au moment où il a fallu faire de ces différentes nouvelles un roman, cela m’a demandé de retravailler l’intégralité. Pour ajouter des choses et retravailler la cohérence de l’ensemble. Du coup, je crois qu’il est plus facile d’avoir un plan préétabli. Cela paraît fastidieux puisqu’il faut construire avant d’écrire, mais une fois que c’est fait, je crois que l’écriture est plus facile. Et paradoxalement, quand on a un plan, on peut se permettre plein de libertés, vu que l’on sait où l’on veut aller et que l’on a en ligne de mire le chemin à suivre. Au fond, je crois qu’il n’y a qu’un seul conseil, écrire et encore écrire.

Quel genre de lectrice es-tu ?

Je suis d’abord une acheteuse compulsive de livres. Je suis incapable de me raisonner lorsque l’un de mes auteurs fétiches sort un nouveau roman ! Même si ma PAL contient 70 livres, je n’ai pas pu ne pas acheter le dernier Sophie Kinsella, Isabel Wolff et Lori Nelson Spielman. Il faut dire que toutes mes auteures fétiches se sont données le mot pour sortir leur roman le 7 mai ! Manque plus que le nouveau Jenifer Weiner et ce sera parfait ! Je lis un peu tous les styles sauf les romans qui foutent la trouille… Je suis une grande trouillarde. Pourtant j’ai lu un nombre incroyable de Patricia Cornwell mais aujourd’hui, je ne peux plus. Cela supprime certains auteurs… ce qui n’est pas pour déplaire à mon compte en banque !

Quel est ton roman préféré ? Ou si c’est trop difficile, ton top 3 😉

Ah oui, un seul ce n’est pas possible. Même 3, ça risque d’être dur… On va dire La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joel Dicker. C’est un roman que j’ai adoré avec une intrigue remarquablement bien construite. Ensuite, mon côté saga dirait Autant en emporte le vent. J’adore cette période de l’histoire des Etats-Unis, et puis les personnages de Scarlett et Rhett sont mythiques. Pour le troisième ça va être dur… Il y a tellement de livres que j’ai aimés ! Allez on va dire mon dernier gros coup de cœur, Un si doux pardon de Lori Nelson Spielman.

On te met au défi de changer de genre littéraire. Que choisis-tu d’écrire : un roman jeunesse, un roman fantasy ou un thriller ?

Alors les thrillers, je me foutrais la trouille toute seule ! Je laisse ça à Karine Giebel qui fait ça remarquablement bien (on peut rajouter Juste une ombre à mes livres favoris ! Il faut lire ce roman, suspens et émotions garantis. Et il ne fait pas peur !). La fantasy, clairement j’en suis incapable. Il faut plus que de l’imagination pour écrire ce type de roman. Un roman jeunesse, j’avoue que ça me tenterait plutôt bien. Quand j’étais ado je lisais Les jumelles de Sun Valley en bibliothèque rose, j’en garde encore un souvenir aujourd’hui.

Un petit mot sur tes prochains projets ?

Je suis en train d’écrire un second roman. C’est l’histoire d’une adolescente mal dans sa peau et souffre-douleur de sa classe. Et j’avoue que j’aimerais bien démarrer l’écriture d’une nouvelle comédie romantique, j’ai plusieurs idées dans les tiroirs… Enfin, je cherche un éditeur pour mon premier roman, ça serait la réalisation du rêve de la gamine de 10 ans !

A bon entendeur 😉

 

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Interviews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *