La Cave, Natasha Preston

la caveL’histoire

Imaginez une maison comme n’importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Au-delà de cette porte, des escaliers. Et en bas, une cave. Une cave où sont séquestrées trois filles, Rose, Iris et Violette, soumises à la folie maniaque et meurtrière d’un homme : Trèfle.
Dans une autre maison, dans une ville où il ne se passe jamais rien, Summer mène une vie parfaitement banale. Elle a des parents, un frère, des copines, un petit ami. Mais un soir, sa route croise celle de Trèfle, et Summer ne rentre pas chez elle. Elle se retrouve enfermée dans une cave en compagnie des autres filles et rebaptisée Lilas. Mais contrairement aux autres filles, elle n’est pas prête à accepter son sort jusqu’à faner et dépérir…

Mon avis

Des histoires de kidnapping et de séquestration, il en existe des centaines… alors pourquoi avoir eu envie de lire La Cave ? Dans un premier temps, la couverture m’a tapé dans l’œil, je la trouve vraiment réussie. Ensuite, le résumé m’a intriguée : pour une fois, on suit le point de vue de l’une des victimes d’un serial killer, et non celui de l’enquêteur chargé de la retrouver ou encore celui de la famille qui doit apprendre à vivre “sans” (quoiqu’on retrouve quand même un peu cet aspect, j’y reviendrai plus tard).

La Cave est ce genre de roman que l’on ne peut lâcher avant d’avoir eu le fin mot de l’histoire : on se demande comment Summer va s’en sortir, comment “Trèfle” est devenu ce qu’il est, s’il va aller au bout de sa folie ou si ses agissements vont prendre fin. Sur ce point, le suspense est bien présent, d’autant que l’alternance des points de vue permet de trouver un certain équilibre entre les scènes d’action et les moments d’inertie.

J’ai par contre quelques réserves sur les personnages, à commencer par l’héroïne. Le résumé laisse penser que contrairement à Rose, Iris et Violette, Summer va se montrer forte et se battre pour s’échapper de la cave, mais en fait elle se comporte globalement comme les autres, tout en les jugeant au passage. A part répéter qu’elle s’appelle Summer et non Lilas, j’ai trouvé qu’elle ne réagissait pas beaucoup, qu’elle était loin de l’héroïne badass qu’on aurait pu attendre.

Finalement, c’est son petit-ami qui est le plus dans l’action, puisqu’il continue à la chercher même quand les effectifs de police se réduisent au fur et à mesure que les mois passent. Il fait preuve d’une grande détermination et est véritablement celui qui mène l’enquête – même s’il doit tout à son “intuition”. A travers ses yeux, on comprend à quel point il est difficile pour les proches des victimes de rester dans l’ignorance et l’impuissance.

Enfin, Trèfle… Que dire de Trèfle ? Je n’ai certainement pas aimé ce personnage qui fait preuve d’un comportement inhumain soi-disant causé par un événement traumatisant survenu dans son enfance. Je n’ai pas été convaincue par l’explication donnée à son attitude, à sa vision du monde en noir et blanc car elle reste vraiment facile, voire même un peu cliché dans ce genre de romans.

Je ressors donc mitigée de cette lecture d’autant que j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de répétitions (aussi bien dans les dialogues que dans les scènes) et surtout une résolution trop rapide et peu crédible. Même si c’est un thriller jeunesse, je pense qu’il aurait été intéressant de pousser un peu plus la psychologie des personnages. Après tout, les scènes de violence ne nous sont pas épargnées… on aurait pu encaisser le reste !

Ma note : 3/5

 

La Cave de Natasha Preston, chez Hachette Romans, 400 pages, 18 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult, Policiers / Thrillers / Suspense

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *