Lennon, David Foenkinos

lennon

L’histoire :

Après une enfance terrible, une plongée précoce dans l’immense célébrité, la rencontre décisive avec Yoko Ono, des années d’errance et de drogue, John Lennon a décidé d’interrompre sa carrière en 1975, à l’âge de trente-cinq ans, pour s’occuper de son fils Sean. Pendant cinq années, à New York, il s’est retiré de la vie médiatique et n’a pas sorti d’album. C’est au cours de cette période qu’il a pris le temps de réfléchir à la folie de son parcours. Ainsi, les séances qui suivent se sont déroulées entre le 21 septembre 1975 et le 7 décembre 1980, veille de son assassinat par un déséquilibré.

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé La Délicatesse, mais ce n’est pas pour autant que je me suis précipitée sur les autres romans de David Foenkinos. Peut-être par peur de relire le même genre d’histoires, de retrouver le même style, de me lasser avant même d’avoir commencé…

Il a fallut que je tombe par hasard sur Lennon pour que je renouvelle l’expérience. L’exercice – ô combien casse-gueule – de romancer la vie du leader des Beatles sous la forme inhabituelle de séances chez le psy, m’a tout de suite intriguée.

Et dès les premières lignes, j’ai été séduite. Déjà, par le culot de David Foenkinos de s’attaquer à un mythe, pour en faire un personnage de son panthéon personnel. De s’approprier son histoire pour en offrir sa version (non édulcorée). D’apporter un souffle épique à une biographie pourtant très courte…

D’ailleurs, c’est bien le seul reproche que je ferai à ce roman : il est bien trop court ! Mais il a le mérite d’être prenant du début à la fin, de l’enfance imprégnée de solitude à la folie engendrée par le succès, de l’amitié de John Lennon avec les autres Beatles à son histoire d’amour peu conventionnelle avec Yoko Ono… Tout est évoqué, même les détails les plus sordides qui viennent sacrément écorner l’image du petit gars de Liverpool devenu un dieu vivant.

Bref, une petite perle à découvrir entre deux biographies officielles, certainement plus objectives…

 

Lennon, de David Foenkinos, J’ai Lu, 221 pages, 5,70 €.

Vous aimerez peut-être...

2 Commentaires

Catégorie Contemporain, Historique

2 réponses à Lennon, David Foenkinos

  1. Bonjour bonjour !
    Je découvre via le challenge de Noel ton blog qui est ma foi fort charmant !
    Je suis entièrement d’accord avec toi sur ce roman : détonnant (il fallait oser), casse-gueule et pourtant Foenkinos s’en sort très bien, en dosant très bien les éléments historiques et la fiction pour créer un personnage qui me semble très cohérent. Ca me donne envie de découvrir ses autres romans (et d’écouter en boucle Lennon et les Beatles !)

    • Coralie

      Oui, il a su apporter son style, tout en restant fidèle aux éléments biographiques.
      Moi aussi je pense lire ses autres romans du coup, je ne pense pas pouvoir me lasser de ses histoires 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *