Les Lionnes de Venise, Mireille Calmel

les lionnes de veniseL’histoire

Venise, campo Santa Fosca, octobre 1627. Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure.

Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s’immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s’enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l’amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots.

Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu’elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu’elle recèle le secret du pouvoir absolu.

Mon avis

Les Lionnes de Venise est le premier tome d’une nouvelle série historique écrite par Mireille Calmel, dont je découvre seulement la plume et le talent. A l’image de la sublime couverture du roman, le style de l’auteure est à la fois élégant, poétique et d’une puissance évocatrice telle qu’en quelques lignes seulement, on se retrouve plongé dans la Venise du XVIIème siècle, dans ce qu’elle a de plus beau et de plus laid.

Entre les puissants et les courtisanes, les religieux et les simples gens, le lecteur part à la rencontre de personnalités bien différentes, tout en suivant le parcours semé d’embûches de la jeune et jolie Lucia qui se retrouve au cœur d’une intrigue complexe où chacun cache son vrai visage… alors-même que se tient l’un des carnavals les plus célèbres au monde !

J’ai vraiment apprécié l’écriture riche et pleine de détails de Mireille Calmel qui nous offre un récit mené tambour battant, que l’on suit comme un film historique plein de couleurs, de scènes d’action et d’amour, de rebondissements inattendus… On en prend vraiment plein les yeux !

Mais c’est peut-être aussi ce que je reprocherai à ce roman car j’ai souvent eu l’impression de n’être qu’une simple spectatrice, de rester en dehors de l’histoire. Par moments, j’ai aussi été perdue entre les personnages qui jouent un double-jeu, les vrais traitres et les faux méchants… Et j’ai eu du mal à saisir la subtilité des motivations de chacun des hommes qui gravitent autour de Lucia : Giorgio, Marco, Pablo, Luigi, Henri… J’ai dû m’accrocher pour ne pas perdre le fil !

Cela dit, je me suis vraiment prise au jeu de ce roman qui m’a plongée au cœur d’une Venise d’une autre époque, des bas-fonds jusque dans les plus beaux palais qui nous révèlent bon nombre de secrets d’alcôve. Je lirai donc la suite (les suites ?) avec grand plaisir, et je pense me pencher sur les autres séries de l’auteure, notamment celle sur Aliénor d’Aquitaine qui me fait de l’œil depuis longtemps !

Ma note : 3/5

 

Les Lionnes de Venise de Mireille Calmel, XO Éditions, 352 pages, 19,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance, Historique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *