Qui veut la peau d’Anna C. ?, Sophie Henrionnet

Qui veut la peau d’Anna C. ?, Sophie Henrionnet

qui veut la pean d'anna cL’histoire

La trentaine, Marie est une célibataire endurcie. Bibliothécaire modèle, elle apprend un jour une formidable nouvelle : son odieuse supérieure est morte étouffée avec un beignet. Enfin l’avenir lui sourit, enfin elle va accéder au poste de directrice. Mais, au lieu de promouvoir l’employée modèle, le grand patron nomme la maîtresse du maire, belle à tomber mais bête comme ses pieds.
Et puisque la poisse est généreuse, Marie se trouve mêlée à un incroyable quiproquo. Un soir, pour chasser un ado boutonneux lui faisant des avances, elle prétend s’appeler… Anna Costello, un nom entendu par hasard. Peu après, elle se retrouve traquée par des malabars recherchant justement une certaine Anna Costello ! Mais qui est donc cette Anna C. ? Pour se sortir de cette embrouille, la sage bibliothécaire peut compter sur l’aide du séduisant Grégoire, un architecte SDF qui a volé à son secours. Ils ne seront pas trop de deux pour l’aider à reprendre sa vie en main…

Mon avis

Qui veut la peau d’Anna C. ? est le troisième roman de Sophie Henrionnet que je lis, après avoir découvert avec grand plaisir Drôle de Karma et Tout est sous contrôle, qui reste mon “chouchou” à ce jour.

Dans cette nouvelle comédie, on retrouve un mélange de genres détonnant, comme l’auteure sait si bien le faire : humour déjanté, comédie romantique avec une petite intrigue policière pour couronner le tout. Un peu à la manière de Janet Evanovich, l’auteure de la série Stéphanie Plum, avec un bon grain de folie en plus !

C’est d’ailleurs ce que j’ai préféré dans ce roman : l’humour de Sophie Henrionnet, grande prêtresse des expressions farfelues, des jeux de mots improbables, des situations loufoques… Son héroïne, Marie, est une catastrophe ambulante, mais elle arrive toujours à retomber sur ses pieds – même si c’est parfois un peu à côté de ses ballerines – car la jeune femme n’est pas dépourvue de caractère, de volonté ni de réparties qui font mouche à tous les coups.

La galerie de personnages secondaires est tout aussi plaisante, avec une mention spéciale pour la maman infernale de Marie dont on a quelques “aperçus” téléphoniques à mourir de rire, dans la lignée de la mère de Korben Dallas dans Le Cinquième Élément. Mais puissance 10 !

Le style de Sophie Henrionnet est très agréable à lire, on ne s’ennuie pas une seconde au fil de cette histoire bien rythmée et au ton enjoué. Par contre – et ce n’est qu’un avis personnel – je n’ai pas été vraiment convaincue par l’intrigue policière en toile de fond, et par certains rebondissements trop rocambolesques pour faire vrais.

Mais finalement, on est dans de la fiction alors pourquoi pas se faire piquer sa promotion par une bimbo-nunuche, se faire poser un lapin par un grec prénommé Epaminondas ou encore se retrouver en danger de mort pour avoir usurpé l’identité de la mauvaise personne ?

Pour moi, Qui veut la peau d’Anna C. ? permet de s’évader de la grisaille du quotidien, dans un univers décalé et tout sauf banal. Une jolie bouffée d’air frais !

Ma note : 4/5

 

Qui veut la peau d’Anna C. ? de Sophie Henrionnet, chez City Éditions, 304 pages, 17,50 €.

Vous aimerez peut-être...

2 Replies to “Qui veut la peau d’Anna C. ?, Sophie Henrionnet”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow