Replica, Lauren Oliver

replica

L’histoire

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Gemma a vécu d’hôpital en hôpital. Adolescente solitaire, surprotégée par ses parents à cause de sa santé fragile, sa vie se réduit maintenant à sa maison, son école et ses échanges avec sa seule amie, April. Mais quand elle découvre que le nom de son père est associé au mystérieux institut Haven, qui d’après la rumeur abriterait des expériences scientifiques monstrueuses, Gemma décide de quitter le sanctuaire qu’elle a toujours connu et de se rendre sur l’île d’Haven pour découvrir ce qu’il s’y passe réellement…
Lyra – ou numéro 24 – n’est pas humaine, c’est une reproduction. Pour elle, le monde se limite à Haven, aux savants et infirmières qui s’occupent d’elle. Le jour où l’île devient le théâtre d’une terrible explosion, Lyra s’échappe. À l’extérieur des murs de l’Institut, elle découvre un monde qu’elle n’avait jamais soupçonné et rencontre Gemma. Ensemble, elles essaient de lever le voile sur les mystères de Haven, et les secrets qui leur seront révélés vont changer leur vie pour toujours…

Mon avis

J’ai beau avoir le tome 1 de Delirium dans ma PAL depuis quelque temps (deux ou trois ans, peut-être même plus… oops), je n’ai jamais eu l’occasion de le lire. Avec Replica (qui n’est pas un tome unique comme je le pensais !), j’ai enfin pu découvrir l’écriture de Lauren Oliver.

L’objet-livre en lui-même est splendide. L’image n’est pas fidèle d’ailleurs, puisque la couverture est entièrement jaune, tandis que la quatrième de couverture affiche une belle couleur turquoise. Et le concept est tout autant séduisant : en lisant dans le sens traditionnel, on découvre le point de vue de Gemma, mais en retournant le livre (et en l’attaquant donc par la fin), on suit celui de Lyra, la fameuse “replica”.

Deux histoires qui peuvent se lire l’une à la suite de l’autre, la deuxième avant la première, ou pourquoi pas, en alternant les points de vue à chaque chapitre. Pour ma part, je suis restée fidèle au sens de lecture classique, en m’attaquant à la première partie, celle qui a Gemma pour héroïne.

Cela n’a pas été un franc succès, malgré tous les espoirs que j’avais placés en ce roman, son pitch et son auteure – je ne sais pas pourquoi, j’étais intimement convaincue que j’adorerais la plume de Lauren Oliver. Le rythme a été la première difficulté que j’ai rencontrée : il faut quand même attendre 100 pages pour que l’intrigue démarre et je dois dire que mon intérêt pour l’histoire en a vraiment pâti.

Et plus j’avançais, moins j’accrochais aux personnages et au style de l’auteure qui – sans être mauvais, je le précise – n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Mais ce qui m’a le plus déçue, c’est le traitement réservé à l’intrigue qui était tellement prometteuse : on aborde des sujets hyper intéressants comme la manipulation génétique, le clonage, l’asservissement… et notre héroïne passe son temps à souligner l’attrait physique des jeunes hommes qui l’entourent.

Clairement, le développement des thématiques qui m’avaient interpellée n’a pas été à la hauteur de mes attentes. Et pour tout vous dire, malgré le potentiel de cette histoire, j’ai fini par me résoudre à m’arrêter définitivement, à la page 169 pour être précise. Je voulais poursuivre ma lecture parce que je n’aime pas trop abandonner un livre en cours de route, mais je ne ressentais pas le besoin – ni parfois l’envie – de reprendre le livre pour avancer.

Je n’ai donc pas découvert le point de vue de Lyra, ce qui est peut-être dommage, mais la note de l’auteure prévenant la répétition de certaines scènes (sous prétexte de changement de point de vue) m’a carrément découragée.

Avec Replica, j’ai ressenti l’effet d’un rendez-vous manqué, d’une promesse non tenue aussi, quelque part… Je ne dis certainement pas que ce roman manque de qualités, mais il n’a pas répondu à mes attentes et surtout il ne m’a pas captivée comme j’aurais voulu l’être.

Encore une fois, ce n’est que mon opinion et je suis sûre que ce premier tome trouvera son public, notamment parmi les plus jeunes. Pour le coup, je ne sais pas si je me lancerai dans la lecture de Delirium, dont j’ai entendu depuis pas mal d’avis mitigés !

Ma note : 2/5

 

Replica de Lauren Oliver, Hachette Romans, 480 pages, 20 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult, Science Fiction / Fantasy / Fantastique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *