Sur la plage de Chesil, Ian McEwan

sur la plage de chesil

L’histoire

« Ils étaient jeunes, instruits, tous les deux vierges avant leur nuit de noces, et ils vivaient en des temps où parler de ses problèmes sexuels était manifestement impossible… »

Le soir de leur mariage, Edward et Florence se retrouvent enfin seuls dans la vieille auberge du Dorset où ils sont venus passer leur lune de miel. Mais, dans l’Angleterre de 1962, on ne se débarrasse pas si facilement de ses inhibitions. Les peurs et les espoirs du jeune historien et de la violoniste prometteuse transforment très vite leur nuit de noces en épreuve de vérité. Dans ce roman dérangeant, magistralement rythmé par l’alternance des points de vue et la présence obsédante de la nature, Ian McEwan excelle une nouvelle fois à distiller l’ambiguïté et à isoler ces moments révélateurs où bifurque le cours d’une vie.

Mon avis

Il y a quelques années, j’ai lu L’enfant volé et je me rappelle avoir eu beaucoup de mal à terminer ce livre dans lequel je ne suis jamais totalement rentrée. C’est donc avec un peu d’appréhension que j’ai entamé la lecture de Sur la plage de Chesil, malgré tout le bien que j’ai pu entendre sur ce court roman.

J’ai retrouvé le style de Ian McEwan, une sorte de kaléidoscope de moments significatifs d’une vie, qui finalement esquissent à peine la complexité des personnages. Et cette fois, cela ne m’a pas déroutée, bien au contraire. Alors que ces jeunes mariés, Edward et Florence, se retrouvent face à face pour leur nuit de noces, les appréhensions, craintes, frustrations ressurgissent quand finalement, rien ne se passe comme prévu.

Les retours dans le passé, notamment dans l’année qui a précédé leur union, permettent de comprendre le point de vue des deux amoureux, et de voir venir tous les malentendus et les déceptions qui les attendent une fois mariés. Ian McEwan dresse de beaux portraits, et montre une fois de plus comment toute une vie peut basculer en une soirée, en une action, manquée ou pas…

J’ai beaucoup aimé cette lecture, et du coup je pense que je me laisserai tenter par un autre ouvrage de cet auteur (surement Expiation, pour me faire un avis par rapport au film). Je remercie les Editions Gallimard de m’avoir permis de renouer avec cet écrivain !

 

Sur la plage de Chesil, de Ian McEwan, Folio, 192 pages, 6,50 €.

Vous aimerez peut-être...

2 Commentaires

Catégorie Historique

2 réponses à Sur la plage de Chesil, Ian McEwan

  1. Bonjour, et bien personnellement, de tous les romans de McEwan que j’ai, celui-ci m’a déçue. Je n’ai pas compris pourquoi l’écrivain avait choisi ce sujet, aujourd’hui. Cela m’a laissée assez perplexe. Du même, je conseille Expiation, Délire d’amour, Samedi ou Solaire. Bonne fin d’après-midi.

    • Coralie

      Je lirai surement Expiation. Sur la plage de Chesil m’a réconciliée avec l’auteur, qui ne m’avait pas séduite du tout avec L’enfant volé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *