Positive, Paige Rawl

positive

L’histoire

Paige Rawl est une adolescente rayonnante. Pom-pom girl, footballeuse, excellente élève, tout semble lui réussir. Jusqu’au jour où elle révèle son secret à sa meilleure amie : elle est séropositive, sa mère lui a transmis le HIV. Dans les heures qui suivent, le harcèlement commence. Ses camarades laissent des mots cruels dans son casier. Ils chuchotent sur son passage. Paige ne s’est jamais sentie aussi seule. Pour la première fois, elle ne sourit plus. Cela aurait pu être la fin de son histoire. Mais cela en était le début.

Mon avis

Je ne l’ai pas beaucoup vu passer sur la blogosphère dernièrement et je le regrette sincèrement car Positive est un livre marquant, poignant, et qui fait écho aux trop nombreux cas de harcèlement (scolaire, “virtuel” ou autre) dont les adolescents sont encore victimes aujourd’hui. Il y a ceux dont on entend parler dans les médias (bien trop tard, comme en témoigne le nombre terrifiant de suicides parmi les jeunes) et il y a tout ceux qui n’osent pas en parler…

C’est pour ces derniers que Paige Rawl a décidé de raconter son histoire qui commence relativement bien. Atteinte du HIV transmise par sa maman qui ignorait être porteuse du virus, elle est bien soignée et mène une vie presque normale : elle va au collège où elle a de nombreux amis, réalise son rêve en devenant cheerleader et participe même à des concours de Miss. C’est une bonne élève, une enfant aimée par sa maman et par ses proches, une amie sur qui l’on peut compter. Mais un jour, elle se confie à sa “meilleure amie” et c’est le début de la descente aux enfers.

En raison de sa séropositivité – mais cela aurait tout aussi bien pu être autre chose, que ce soit sa couleur de peau, son orientation sexuelle ou encore une quelconque différence – Paige est harcelée par tous ceux qu’elles côtoyaient avant. Insultes, moqueries, méchancetés en tout genre… Elle va tout subir en silence, jusqu’au jour où elle va craquer et décider de quitter l’école.

Dans son témoignage, ce qui est choquant – en plus de la cruauté des jeunes – est l’attitude des adultes vers lesquels elle s’est tournée pour demander de l’aide : malgré tout ce qu’elle a vécu et dont ils ont été témoins (et pour certains, acteurs), elle a été considérée comme une “faiseuse d’histoires” et rien n’a jamais été entrepris pour mettre un terme aux brimades dont elle était victime jour après jour.

Heureusement, Paige a finalement pu s’en sortir : malgré de profonds moments de désespoir, elle a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Et elle a pu transformer son statut du victime en celui de battante, en participant activement à des campagnes d’information autour du HIV et du Sida, mais aussi à la reconnaissance du harcèlement scolaire, afin que les établissements américains soient légalement tenus de le combattre… ce qui semblerait pourtant évident, les adultes ne sont-ils pas censés protéger les enfants ??

A travers son témoignage, Paige Rawl offre une formidable leçon de vie, mais aussi d’espoir et de courage. Elle s’adresse à tous les jeunes qui sont victimes de harcèlement, mais aussi à tous ceux qui en seraient témoins. C’est un livre coup de poing/coup de cœur qu’il faut lire et partager, tout simplement.

Ma note : 5/5

 

Positive de Paige Rawl, chez Hachette Romans, collection Témoignages, 390 pages, 17 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Contemporain, Témoignages

Glacé comme la mort, James Hayman

CVT_Glace-comme-la-mort_1927L’histoire

Elaine Goff est une jeune et brillante avocate de Portland à qui tout réussit. Jusqu’à ce qu’on retrouve son corps nu et gelé dans le coffre de sa BMW, abandonnée sur un quai du port. Dans sa bouche, un bout de papier sur lequel le tueur a inscrit une étrange citation biblique.
À mesure que l’enquête de l’inspecteur Mike McCabe et de sa partenaire Maggie Savage progresse, la liste des suspects s’allonge : l’un des associés du cabinet, qui était également l’amant de la défunte, un ancien prêtre qui dirige à présent un foyer pour adolescents fugueurs, un beau-père violent, le propriétaire d’Elaine, qui semble en savoir long sur sa vie privée…
Quand McCabe apprend qu’il y a eu un témoin du meurtre, il se précipite pour l’interroger. Mais la jeune femme a disparu. S’est-elle enfuie ? Ou, pire, le tueur l’a-t-il retrouvée ?
Car ce dernier n’a pas fini sa croisade sanglante…

Mon avis

J’ai sorti ce roman de ma PAL en raison de sa couverture qui me semblait de rigueur avec le temps qu’il fait dehors en ce moment ! L’intrigue se déroule en effet au début du mois de janvier, dans la ville de Portland qui subit un hiver des plus rigoureux.

Dès les premières pages, l’auteur nous plonge dans ce cadre glaçant pour nous raconter le meurtre brutal de Lainie Goff, une jeune avocate ambitieuse qui semblait promise à un brillant avenir, en dépit d’un passé douloureux qui aurait pu la briser. L’inspecteur Michael McGabe et sa collègue Maggie Savage vont devoir faire le jour sur cette affaire, en suspectant tour à tour les hommes de la vie de Lainie.

J’ai trouvé le début très prometteur et j’avais hâte de me plonger dans ce qui me semblait être un roman au suspense haletant. Sauf que malheureusement, le soufflé n’a jamais pris, même si j’ai trouvé le style de James Hayman particulièrement agréable à lire : son écriture est très visuelle, on se croirait dans un épisode des Experts !

Il faut dire que je pensais avoir affaire à un thriller, j’ai donc été assez déçue quand je me suis rendue compte que Glacé comme la mort était d’avantage une enquête, que l’on suit à travers les yeux du policier, sans jamais en savoir plus sur la psychologie du coupable.

Par ailleurs, je ne me suis pas spécialement attachée à Michael McCabe – qui a vraiment quelques problèmes à résoudre à mon avis ! – et j’ai été vraiment dépitée de voir à quel point le personnage de Maggie lui servait de faire-valoir.

J’attendais donc énormément du dénouement de l’enquête, histoire de contrebalancer mes impressions négatives, mais malheureusement cela n’a pas été beaucoup plus concluant : j’ai espéré un rebondissement qui n’est jamais venu, et pire encore, j’avais deviné l’identité du coupable assez tôt…

Glacé comme la mort a donc été une déception pour moi, car je m’attendais vraiment à beaucoup plus de suspense, une psychologie plus poussée des personnages et un final peut-être moins abrupt. Un rendez-vous raté en somme, même si j’ai lu ce livre assez rapidement.

Ma note : 3/5

 

Glacé comme la mort de James Hayman, L’Archipel, 450 pages, 22 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Policiers / Thrillers / Suspense

Petits dérapages et autres imprévus, Mily Black

petits_derapages_et_autres_imprevus_c1_largeL’histoire

Louise a un job de rêve : elle passe son temps à évaluer des hôtels de luxe dans des lieux paradisiaques. Et tout ça, en compagnie du très séduisant Francis, son responsable. Mais la timidité de la jeune femme l’empêche d’avouer ses sentiments pour son collègue. Et surtout, ce dernier a une règle immuable : on ne mélange pas travail et plaisir. Alors, c’est décidé, elle va demander une mutation et démarrer une vie plus stable, loin de l’irrésistible séducteur !
C’est sans compter sur le destin, qui va profiter du dernier voyage de Louise pour échanger sa valise de pulls sages et pantalons sobres contre des tenues bien plus osées… qui ne laissent pas Francis indifférent. Sous le soleil de la Floride, Louise va tenter de reprendre sa vie en main avec quelques petits dérapages !

Mon avis

En plus de son résumé très sympa, j’ai eu envie de découvrir ce roman car j’ai appris qu’il s’était démarqué lors d’une précédente édition du Prix Romantique organisée par les Éditions Charleston… et vous connaissez mon attachement particulier pour cette belle maison maintenant !

J’ai tout de suite aimé la plume de Mily Black que je ne connaissais que de nom et via les réseaux sociaux : son style est frais et léger, moderne et mordant, vraiment très agréable à lire. J’ai particulièrement apprécié l’absence de vulgarité durant les scènes plus sensuelles, un défaut que l’on retrouve dans un trop grand nombre de romances selon moi. Avec Mily, on reste toujours dans la douceur, l’humour, le sexy, sans jamais en faire “trop”.

J’ai été moins séduite par les personnages, le duo Louise/Léa en particulier : Louise m’a agacée à rougir toutes les trente secondes (d’autant plus que l’on ne sait pas vraiment d’où lui viennent sa timidité maladive et sa pudeur extrême); quant à Léa qui est bien plus délurée que sa sœur, je l’ai presque trouvée antipathique. Presque. Parce qu’avec Mily Black, on peut être certain d’adoucir son jugement, tant son écriture est plaisante.

En ce qui concerne la romance à proprement parler, l’auteure en respecte vraiment tous les codes… peut-être trop d’ailleurs, puisque si l’histoire d’amour entre Louise et Francis est sympathique à suivre, il lui manque un petit quelque chose pour la rendre inoubliable. Mais je pense sincèrement que Mily Black a tous les outils en main pour aller plus loin, creuser ses personnages, tester des ressorts scénaristiques inattendus… oser au final, comme sa Louise qui lutte durant tout le roman contre sa timidité !

Petits dérapages et autres imprévus a donc été une bonne lecture, et surtout un roman prometteur d’une auteure qui a sûrement plein d’autres histoires en réserve. Des histoires que je serai ravie de découvrir, surtout si elle s’aventure vers un nouveau genre 🙂

Ma note : 3/5

 

Petits dérapages et autres imprévus de Mily Black, Éditions Charleston, collection Diva, 288 pages, 14,99 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance

Cette Obscure Clarté, Estelle Laure

cette-obscure-clarteL’histoire

Mon père est à l’asile. Ma mère a pris des vacances à durée indéterminée. Si on apprend qu’elle nous a laissées seules, Wren et moi, on va nous séparer.

Après le lycée, il reste le frigo à remplir, les factures à payer, la maison qui tombe en ruines, nos voisins à gérer… Heureusement, deux personnes connaissent notre secret : ma meilleure amie Eden, et Digby, son frère jumeau merveilleusement parfait – et parfaitement casé.

Certains jours, j’ai l’impression que je ne vais pas y arriver. Alors quand, en rentrant du boulot, je trouve le frigo qui déborde ou des muffins encore fumants au pied de l’escalier, je ne peux m’empêcher de me demander : est-ce qu’on cherche à nous empoisonner ? Ou bien, même au cœur des ténèbres, est-ce que l’espoir ne pourrait pas briller ?

Mon avis

Cette Obscure Clarté est un roman qui m’a beaucoup plu, même si je ne m’attendais pas à ce que l’histoire se déroule ainsi, ou du moins que l’auteure choisisse de prendre cette direction. J’attendais plus de ces interventions inattendues, de cette aide qui arrive “comme par magie” à de rares occasions finalement.

J’ai néanmoins apprécié le ton mordant et sans concession d’une héroïne lucide et battante, qui ne manque pas d’humour en dépit d’une situation familiale plus que délicate à gérer. J’ai été en colère une bonne partie du livre, en lisant ce que ressentaient Lucille et sa petite sœur Wren, face à l’abandon de leur mère.

La vie de Lucille est bien compliquée pour une jeune femme d’à peine 17 ans, une ado qui prend en charge le rôle de ses deux parents, tout en menant une vie de lycéenne presque comme les autres. Son amitié avec Eden et son amour pour Digby viennent à la fois faciliter et compliquer son quotidien mais chaque étape lui permet de se construire et d’apprendre.

J’ai aimé le côté réaliste de cette histoire et l’auteure a eu l’intelligence de ne pas choisir la facilité d’un bon gros happy end bien sucré. La fin est ouverte et en cela reflète la réalité de la vie : rien n’est tout blanc ni tout noir, et ce qui importe est notre façon de réagir aux événements. Une belle leçon à retenir !

Ma note : 4/5

 

Cette obscure clarté d’Estelle Laure, Hachette Romans, 300 pages, 17 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult

Vive Noël !, Enid Blyton

5106fwebvll-_sx195_Le livre

Vingt-cinq nouvelles hivernales signées Enid Blyton, à savourer au coin du feu. L’auteur du Club des Cinq ravive l’esprit de Noël en nous entraînant à la rencontre du vieil homme au manteau rouge et de ses lutins, parmi des paysages féériques : neige, magie, sapins illuminés, rires et bonne humeur sont au rendez-vous.

Mon avis

Pour ma dernière chronique avant les fêtes de fin d’année, je tenais particulièrement à vous présenter Vive Noël !, un joli recueil de nouvelles qui correspond parfaitement à l’esprit de l’Avent et à l’atmosphère festive qui se dégage de cette période de l’année si particulière et chère à mon cœur.

Enid Blyton, pour moi comme pour beaucoup d’adultes, c’est avant tout l’auteure du célèbre Club des Cinq qui compte parmi mes premiers souvenirs de lectrice. J’étais donc ravie de retrouver sa plume, joliment désuète et pleine de bons sentiments, pour passer un agréable moment de lecture sous un plaid douillet, à la lumière d’une bougie et de la guirlande lumineuse du sapin…

Et j’ai beaucoup aimé ce que j’ai lu : 14 jolies nouvelles dans lesquelles on retrouve les ingrédients nécessaires pour ressentir l’esprit de Noël (l’importance de la famille, la générosité toujours récompensée, le bonheur que l’on peut trouver dans les choses simples…) mais aussi pour rêver, en compagnie d’un Père Noël plus vrai que nature, d’une souris malicieuse ou encore d’un petit sapin qui rêverait d’être grand !

Le recueil compte aussi “Un Noël en famille” composé de onze parties qui sont autant de scènes familiales. Tout en préparant le réveillon avec leurs parents, les enfants reviennent sur les traditions liées à Noël et découvrent leurs origines ainsi que les légendes qui y sont rattachées : le houx, le gui, la bûche… sans oublier les chants et les contes de Noël, dont le dernier est raconté par le gros bonhomme en rouge lui-même !

Vive Noël ! est un très joli livre, à découvrir pour retrouver la magie de l’enfance et une certaine part d’innocence… C’est aussi l’occasion de lire en famille ces charmantes petites histoires qui permettent de patienter jusqu’au jour J !

Ma note : 4/5

 

Vive Noël ! d’Enid Blyton, chez Hachette Romans, 288 pages, 10,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Histoires pour les petits, Jeunesse / Young adult

Daringham Hall #1, L’héritier, Kathryn Taylor

daringham-hallL’histoire

Daringham Hall, un manoir cossu sur la côte Est de l’Angleterre où vit la famille Camden, qui vient juste de recevoir le courrier d’un avocat. Ce dernier prétend que son client, Ben Sterling, un jeune entrepreneur américain ayant fait fortune dans les nouvelles technologies, est le fils de Ralph, le patriarche du clan Camden…
Cette révélation sème la stupeur à Daringham Hall. Ben a en effet l’intention de récupérer ce qui lui est dû : une partie de la fortune familiale mais, surtout, le titre de baron, qui échoit au premier héritier mâle.
Le jour où Ben décide de se rendre sur place pour affronter « sa » famille, il est victime d’une double agression, qui le laisse amnésique.
Il est alors recueilli par Kate, la vétérinaire locale, qui tombe sous son charme. Grâce à elle, il fait la connaissance des différents membres du clan, avec qui il sympathise.
Mais quand son associé, qui s’était lancé à sa recherche, fait soudain irruption, Ben retrouve la mémoire, et la raison de sa présence à Daringham Hall…

Mon avis

Je ne sais pas pourquoi, j’étais persuadée que Daringham Hall était un roman historique. Mais non, il s’agit bien d’un contemporain, et je dois dire que cela ajoute encore au charme de ce domaine et à l’intrigue mise en place par l’auteure.

Dans cette histoire, nous faisons la connaissance de Ben Sterling qui arrive en Angleterre dans le but de régler ses comptes avec le père qu’il n’a jamais connu et revendiquer son statut d’héritier, quitte à bouleverser la vie de toute une famille qui ignorait son existence jusqu’à ce jour.

Manque de chance, Ben se fait agresser et perd la mémoire. Un incident qui va pourtant lui permettre d’intégrer l’univers de Daringham Hall, à la faveur d’une romance avec une amie de la famille, la jeune et jolie Kate, qui va le recueillir. Bien sûr, cet amour naissant va être mis à mal lorsque Ben va recouvrer la mémoire… Un ressort dramatique qui permet de mettre à jour conflits et secrets de famille.

Si l’intrigue n’est pas très originale, je n’ai pu qu’apprécier les personnages attachants et le cadre aristocratique d’un roman qui nous plonge dans un autre univers, à la croisée du passé et du présent. La plume de Kathryn Taylor est agréable, rythmée, et rend très plaisant notre voyage à Daringham Hall. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’une trilogie, aussi je lirai la suite avec beaucoup de plaisir !

Ma note : 4/5

 

Daringham Hall : L’héritier de Kathryn Taylor, paru chez L’Archipel, 300 pages, 20 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Contemporain

Broken, Connections #2, Kim Karr

brokenL’histoire

Dahlia a trouvé en River, célèbre chanteur d’un groupe rock, son âme sueur. Grâce à l’amour passionné de la star, elle a retrouvé goût à la vie alors qu’elle était au bord du gouffre. Désormais, rien ne semble pouvoir briser le lien, la formidable connexion, qui les unit. Pourtant, un jour, les fantômes du passé font irruption dans la vie de la jeune Dahlia : Ben, son premier amour qu’elle croyait décédé, réapparaît.

Les secrets de River refont également surface et le doute assaille la jeune femme. Leur relation va-t-elle résister à la réapparition de Ben et aux mensonges de River ? Dahlia pourra-t-elle retrouver confiance en l’amour ? Et, surtout, River est-il vraiment l’homme de sa vie ?

Mon avis

Parfois j’aime bien me mettre des bâtons dans les roues, comme quand je me lance dans une nouvelle série sans avoir lu le premier tome… Du coup, au tout début de ma lecture de Broken qui est un tome 2, j’ai été un peu perdue bien que l’auteure fasse en sorte de nous plonger directement dans l’histoire.

La première chose qui m’a frappée dans ce roman, c’est la qualité de la plume de Kim Karr qui se démarque vraiment des autres auteures de romance. Je m’explique : les dernières histoires de ce genre que j’ai lues avaient un côté un peu cash frôlant la vulgarité (à moins qu’elles ne tombent carrément dedans). Et là, ce n’est pas le cas du tout : l’écriture de Kim Karr est élégante, sobre, parfaitement adaptée à une intrigue plutôt sérieuse.

J’ai passé un bon moment en compagnie de notre trio amoureux – Dahlia, River et Ben – même s’il n’y a pas beaucoup de surprises quant au dénouement : on devine très tôt qui est le good guy et qui est le bad boy dans l’affaire, même si cela ne gêne en rien l’appréciation de l’histoire.

Autre atout de ce roman selon moi : la playlist imaginée par l’auteure. Chaque chapitre a ainsi une “couleur” musicale, une atmosphère qui lui est particulière. Cela se prête d’autant plus à cette histoire qui se déroule dans le monde de la musique 🙂

Ma note : 3/5

 

Broken de Kim Karr, City Éditions collection Eden, 348 pages, 17,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance

Let It Snow, Team RomCom

let-it-snowL’histoire

Noël, cette fête qu’on adore détester ou qu’on déteste adorer ! Réunion familiale ou tête-à-tête foireux, de Paris à New York en passant par l’Italie, on peut y vivre des crush ou des clash, qu’importe ! La magie sera toujours au rendez-vous ! Alors… Let it snow !
Six auteures, six réveillons, un recueil de nouvelles 100% comédie, 100% romantique et 100% Noël !

Mon avis

Avec Let It Snow, j’étais ravie de retrouver trois auteures que j’apprécie énormément – Marie Vareille, Marianne Levy et Sophie Henrionnet – et de découvrir la plume des trois autres membres du collectif #TeamRomCom : Isabelle Alexis, Tonie Behar et Adèle Bréau.

Que vous dire sans spoiler leurs histoires de Noël ? Eh bien, ce recueil est une bouffée d’air frais, un véritable concentré de bonne humeur, le tout saupoudré d’un peu de magie, d’une bonne dose d’humour et d’un quota non-négligeable de happy ends qui font tellement de bien au moral !

J’ai été séduite par ces six nouvelles, et j’ai vraiment hâte de lire d’autres écrits de leurs auteures au talent incontestable. Une petite mention spéciale pour la nouvelle de Marianne Levy qui nous fait vivre un Noël vintage digne des meilleurs musicals de Broadway, et celle de Marie Vareille qui est tout simplement un coup de cœur… D’ailleurs Marie, cap de nous écrire la suite ?!

Avec les filles de la Team RomCom dans les parages, je peux vous affirmer sans crainte que la comédie romantique à la française a de beaux jours devant elle ! Pour l’heure, n’hésitez pas à fêter Noël un peu en avance en leur compagnie, vous ne le regretterez pas 😀

Ma note : 4/5

 

Let it snow de la Team RomCom, exclusivement sur Amazon, 98 pages, 0,99 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance, Nouvelles

Les Jumelles, Claire Douglas

les-jumellesL’histoire

Après un accident tragique, obsédée par la mort de sa sœur Lucy, Abi s’installe à Bath dans l’espoir de reprendre pied. Mais elle y rencontre Beatrice et Ben, un couple de jumeaux qui l’attirent dans leur univers privilégié et trouble…
Invitée par Bea à vivre dans l’hôtel particulier qu’elle partage avec Ben, Abi met tout en œuvre pour satisfaire les exigences de ses amis. Aimantée par eux mais déstabilisée par leurs comportements étranges, elle est poussée vers la folie quand elle est visée ― mais l’est-elle vraiment ― par des événements inquiétants qui se produisent dans la maison…

Mon avis

Tout comme L’enfant du lac de Kate Morton dont je vous ai parlé il n’y a pas très longtemps, Les Jumelles de Claire Douglas est pour moi un roman d’atmosphère plus qu’un roman policier, même si le suspense est bien présent et le dénouement plutôt étonnant.

L’intrigue se déroule dans la charmante ville de Bath, dans laquelle le lecteur fait la connaissance d’Abi. Abi qui est tout sauf bien dans sa peau, dans sa tête, dans sa vie… Elle porte encore le deuil de sa sœur jumelle, Lucy, décédée accidentellement 18 mois plus tôt. Dépressive, paranoïaque, Abi s’est retrenchée dans la solitude jusqu’au jour où, croyant une nouvelle fois apercevoir Lucy, elle fait la rencontre d’une jeune femme qui lui ressemble trait pour trait.

Ce sosie, c’est Bea. Séduisante, dotée d’une personnalité charismatique, Bea a la particularité d’avoir elle aussi un jumeau, Ben. Sa relation avec ce dernier est d’ailleurs assez fusionnelle. Lorsqu’elle invite Abi à venir s’installer dans sa grande maison qui héberge de nombreux artistes, Abi se sent pousser des ailes : aux côtés de sa nouvelle amie, elle va enfin pouvoir tourner la page… surtout qu’elle ne résiste pas au charme de Ben.

C’est là que tout se complique et que l’on commence à se demander qui croire dans cette histoire : l’ambiance s’alourdit à mesure que les tensions montent entre les trois protagonistes, entre jalousie, mensonges, manipulation, paranoïa…

Tous les personnages semblent cacher un secret, tous semblent très perturbés et l’atout majeur de ce roman est de nous faire douter de la narratrice elle-même : après tout, peut-on lui faire vraiment confiance ? N’est-elle pas malade et en train de sombrer dans la folie ?

Les Jumelles dévoile le côté sombre des relations gémellaires, mais explore aussi toutes les obsessions que l’on peut être amené à ressentir “par amour”, qu’il soit filial ou passionnel. J’ai dévoré ce livre jusqu’au dénouement, mais bizarrement, c’est l’épilogue que j’ai préféré. Il montre bien la complexité de l’âme humaine et nous laisse sur un beau sujet de réflexion. Pas étonnant que Les Jumelles ait remporté le concours du premier roman organisé par Marie Claire UK, il le mérite amplement à mon avis !

Ma note : 4/5

 

Les Jumelles de Claire Douglas, Harper Collins Noir, 352 pages, 17,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Policiers / Thrillers / Suspense