20, allée de la danse #1 Amies et rivales, Elizabeth Barféty

20-allee-de-la-danse-amies-et-rivalesL’histoire

A l’École de Danse de l’Opéra de Paris, c’est l’effervescence. Les filles de la 6e division, les plus jeunes de l’école, sont en compétition pour deux rôles dans un ballet à Garnier. Certaines, comme Constance, se jettent dans le travail, d’autres à l’image de Zoé, se rebellent. Du haut de ses 11 ans, Maïna, elle, ne semble pas concernée. Elle aide ses amis, les encourage, les rassure… sans jamais penser à elle. Elle ne semble même pas consciente qu’elle pourrait être choisie. Alors, elle s’interroge : a-t-elle sa place dans une école d’élite où tous les élèves sont concurrents ? Comment concilier sa passion, son ambition, et ses amitiés ?

Mon avis

Nouvelle série de romans réalisée en partenariat avec l’Opéra de Paris, 20, allée de la danse nous entraine dans les coulisses de cet univers artistique un peu à part, à travers la vie de 6 apprentis danseurs, 4 filles et 2 garçons. Chaque tome adopte le point de vue de l’un d’entre eux, un peu à l’image d’une autre série publiée chez Nathan (les fameuses Filles au chocolat, pour ne pas la citer !) dont on retrouve les meilleurs ingrédients.

Dans Amies et rivales, c’est Maïna qui est au centre de l’attention. Jeune fille très douée, elle manque néanmoins de confiance en elle et s’occupe de ses ami(e)s parfois au détriment de son propre bien-être. Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle a mérité sa place à l’École de Danse et qu’elle peut elle aussi viser les étoiles…

C’est un roman léger, agréable, un brin naïf et manichéen (au final, tout le monde est gentil dans cette histoire !) mais cela ne pose pas de problème car la morale de l’histoire tient vraiment la route : chaque élève est confronté à ses peurs et à ses doutes. Il est finalement son propre adversaire et doit trouver les ressources pour se dépasser et donner le meilleur de lui-même.

Ce récit est également ancré dans l’air du temps avec des références très modernes (comme par exemple le thème de l’intervention que l’on retrouve souvent dans les séries américaines) et il dépoussière l’univers de la danse et de l’opéra que l’on redécouvre avec des yeux émerveillés. Des yeux d’enfants…

Ma note : 4/5

20, allée de la danse, t. 1, Amies et rivales d’Elizabeth Barféty, Nathan, 160 pages, 9,95 €.

* * *

Pour compléter cette lecture, Nathan a eu la bonne idée d’éditer un très bel album, Dans les coulisses de l’Opéra, qui dévoile les plus beaux sites de Paris, les ballets, les danses, le chant lyrique… de façon ludique et imagée. Un vrai petit bijou !

003863709

Dans les coulisses de l’Opéra de Claudine Colozzi, Nathan, 80 pages, 9,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult

Burning Moon, Jo Watson

couv ames foret2L’histoire

Ce devait être le plus beau jour de sa vie… Mais lorsque le fiancé de Lilly Swanson l’abandonne devant l’autel à leur mariage, tous ses rêves sont anéantis. Enfin, pas tous : comme son voyage de noces en Thaïlande a été réservé, elle fait ses bagages et part toute seule en lune de miel !

Dans l’avion, Lilly rencontre Damien, un globe-trotter mystérieux et incroyablement sexy. Ce bad boy tatoué qui vit au jour le jour n’est pas vraiment son genre d’homme, mais elle est irrésistiblement attirée.

Damien propose à la jeune femme de l’accompagner dans son voyage. Destination : Burning Moon, un festival magique sur une île incroyable ! Lilly va devoir oublier la jeune fille rangée qu’elle était. Avec Damien, elle s’aventure dans l’inconnu. À la rencontre de ses véritables désirs…

Mon avis

Pour commencer, il faut savoir que je ne suis pas du tout bon public concernant les romances, je suis même assez difficile… ce qui m’amène le plus souvent à préférer un bon roman de chick lit, dont les intrigues et surtout l’humour me correspondent mieux. Mais parfois je suis faible et je me laisse tenter par un résumé intrigant, ce qui a été le cas pour Burning Moon dont le pitch m’a plu dès le départ.

Et je dois dire que j’ai vraiment eu une bonne surprise avec ce livre, car je ne m’attendais pas à passer un aussi bon moment en compagnie de Lilly, au bord de la crise de nerfs et un poil hystérique depuis que son amoureux l’a plantée devant l’autel (devant un petit public de quoi, allez, seulement 500 invités !) et Damien, un globe-trotter dont le côté bad boy se résume à… ses tatouages (car à part ça, il est plutôt gentil, patient et prévenant ce jeune homme !)

Bref, quand ces deux-là se rencontrent, on se plonge dans une romance toute mignonnette : c’est frais, léger, drôle, parfois même très drôle (l’auteure nous fait des petits “craquages” en pleine narration et c’est assez jubilatoire !), sexy sans pour autant tomber dans le vulgaire (et ça, j’apprécie).

Avec les paysages paradisiaques de la Thaïlande en toile de fond et ce fameux festival de Burning Moon qui donne envie de faire ses bagages sur le champ pour aller faire la fête au bout du monde avec des inconnus, on se retrouve à passer un très bon moment, le sourire aux lèvres la plupart du temps, les sourcils froncés quand ça se corse un peu et un air niais à la toute fin.

Burning Moon a pour moi rempli sa mission haut la main : c’est un excellent divertissement, parfait pour la plage… ou pour faire le plein de mignonnitude en période de coup de mou. Je valide, recommande et lirai de nouveau cette auteure qui a été découverte sur Wattpad !

Ma note : 4/5

Burning Moon de Jo Watson, chez City Editions collection Eden, 316 pages, 17,50 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance

La petite couturière du Titanic, Kate Alcott

la-petite-couturiere-du-titanicL’histoire

Avril 1912. Tess Collins, une jeune servante anglaise, est venue à Cherbourg vivre de sa passion, la couture. Hélas, la maison qui l’emploie la traite comme une domestique.
Lorsqu’elle apprend qu’un paquebot se dirigeant vers les États-Unis va faire escale à Cherbourg, elle décide d’embarquer pour tenter l’aventure.
À bord du Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture anglaise, qui s’apprête à présenter sa nouvelle collection à New York. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, elle décide d’employer Tess.
En première classe du navire, Tess découvre un monde fastueux. Elle fait la rencontre de deux hommes, Jim, un marin, et Jack, un self-made-man américain. Mais, tandis qu’un triangle amoureux s’installe, le paquebot, sans que ses occupants s’en doutent, fonce vers un iceberg…
Réchappant à la catastrophe, Tess découvre que sa maîtresse a embarqué à bord d’un autre canot de sauvetage. Mais celle-ci a-t-elle survécu aux dépens d’autres passagers ? Elle se trouve bientôt face à un dilemme : rester fidèle à sa maîtresse ou dire ce qu’elle a découvert des circonstances du drame ?

Mon avis

Si je ne devais garder qu’un seul des romans découverts cet été, ce serait celui-là sans hésiter une seconde ! J’ai eu un coup de cœur incroyable pour La petite couturière du Titanic, et ma plus grande crainte est d’en parler, de peur qu’il ne soit pas partagé ou du moins pas aussi intensément…

En lisant cette histoire, on ne peut s’empêcher de penser au film de James Cameron avec lequel il existe des similitudes notamment dans le soin apporté aux détails historiques. On rencontre par exemple des personnages ayant réellement existé comme la célèbre Mrs Brown, le très décrié Bruce Ismay ou encore la créatrice de mode Lady Lucy Duff Gordon dont le comportement suspect lors du drame va être au cœur de l’intrigue.

L’auteure a mené un travail de recherches incroyable pour poser le décor de son histoire : non seulement on se croirait à bord du Titanic, mais on assiste en plus à la commission parlementaire qui a eu lieu les semaines suivants le naufrage. Kate Alcott s’est appuyée sur des témoignages véridiques, qui montrent comment les rescapés ont pu faire preuve d’actes de bravoure, de lâcheté, alors qu’ils se retrouvaient terrorisés et simplement “humains” face à la mort et à l’horreur.

Mais Kate Alcott ne s’arrête pas à cet événement historique et à travers le personnage de Tess Collins, une jeune fille qui souhaite s’élever au-dessus de son rang, elle nous dépeint un New-York qui ne ressemble en rien à la terre promise où tous les rêves se réalisent : le quotidien est en effet loin d’être idyllique entre lutte des classes et mouvement des suffragettes qui se battent pour que les femmes obtiennent plus de droits…

On découvre cette ville sous différents angles, de la salle de rédaction du New York Times à l’atelier de stylisme de Lady Lucy Duff Gordon, qui a été oubliée au fil des ans par le monde de la mode au profit d’une certaine Coco Chanel, déjà symbole d’un renouveau et des changements qui s’apprêtent à bouleverser le monde en ces années 1910.

D’ailleurs j’ai adoré suivre le parcours de Tess, la fameuse “petite couturière du Titanic”, un personnage vraiment attachant qui grandit sous nos yeux, mais aussi celui de son amie Pinky, une journaliste déjà très moderne pour l’époque et qui suscite l’admiration à bien des égards.

En résumé, La petite couturière du Titanic est un roman d’une grande richesse, qui se base sur un événement particulièrement dramatique pour nous faire découvrir tout un pan du XXe siècle d’un point de vue politique, économique, social, mondain et même féministe. Une œuvre que je recommande sans hésiter à tous les amoureux de beaux romans historiques et de portraits de femmes de caractère !

Ma note : 5/5

La petite couturière du Titanic de Kate Alcott, chez L’Archipel, 400 pages, 23 €.

Vous aimerez peut-être...

2 Comments

Catégorie Histoire

Dis-moi si tu souris, Eric Lindstrom

dis-moi-si-tu-sourisL’histoire

“Bon j’y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D’ailleurs j’ai établi Les Règles :
– Ne me touchez pas sans me prévenir ;
– Ne me traitez pas comme si j’étais idiote ;
– Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
– Et ne cherchez JAMAIS à me duper.
Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j’en ai même rajouté une dernière. Alors, quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire : Il n’y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable.”

Mon avis

Quelle belle surprise que ce roman ! Déjà, le sujet me tentait bien : les chroniques adolescentes d’une héroïne qui vit avec un handicap puisqu’elle est aveugle depuis l’accident qui a également causé la mort de sa mère. Présenté comme cela, on se dit que le roman va sûrement être affreusement triste, s’il ne plonge pas directement dans le pathos. Et bien pas du tout !

Si l’on rencontre Parker a un moment particulièrement difficile de sa vie (encore un), on fait avant tout la connaissance d’une jeune fille extraordinaire, de par le courage dont elle fait preuve au quotidien mais aussi son humour complètement décalé et sa façon particulière de ressentir et de “voir” les choses.

Comme tous les jeunes de son âge, elle est confrontée à la vie au lycée, avec son lot d’amitiés et d’histoires d’amour naissantes… Mais Parker nous apporte un petit plus, une part de vérité à laquelle on n’a pas forcément accès et nous offre un “réglage de pendules” bienvenu sur les a priori que l’on peut avoir au sujet des personnes aveugles, ou des handicapés d’une manière générale. Un propos vraiment éclairant, amené de façon intelligente dans un roman qui se dévore.

Car Parker nous livre son histoire, la réapparition de son premier amour, et surtout les fameuses “règles” sur lesquelles elle ne peut transiger… jusqu’au jour où elle se rend compte qu’elle aussi doit mettre de l’eau dans son vin et que certaines choses lui échappent.

Dis-moi si tu souris est un roman frais mais profond, mignon mais réaliste. Un “presque” coup de cœur pour ma part !

Ma note : 4/5

 

Dis-moi si tu souris d’Eric Lindstrom, chez Nathan, 396 pages, 16,95 €.

Vous aimerez peut-être...

2 Comments

Catégorie Jeunesse / Young adult

Il était un rêve, Liz Braswell

logo_312188-242x385

L’histoire

Aurore a été adoptée par Maléfique après que ses parents se sont débarrassés d’elle quand elle était petite. Aurore vit à l’intérieur du château de Maléfique, couvert de ronces, avec des serviteurs zélés qui la surveillent. Mais un jour, un troubadour lui glisse une plume d’oiseau bleu : il existe donc des êtres vivants, dehors ! Aurore se met à douter de l’honnêteté de Maléfique à son égard. Elle s’enfuit du château et découvre qu’à l’extérieur, le monde est beau et bien vivant. Elle retrouve le prince Philippe qui lui raconte leur histoire. Les souvenirs d’Aurore reviennent petit à petit. Elle comprend que Maléfique la maintient prisonnière en la gardant endormie et en contrôlant ses rêves. Une nouvelle quête commence pour Philippe et Aurore qui doivent à nouveau terrasser Maléfique pour se libérer et réveiller leurs sujets avant que la méchante sorcière ne les extermine tous durant leur sommeil.

Mon avis

J’attendais énormément de ce roman qui avait tout pour me plaire : en plus d’une couverture magnifique (et une 4ème de couv qui l’est tout autant puisque l’on retrouve le profil de Maléfique, l’une de mes sorcières préférées), Il était un rêve se présente comme une réécriture du conte de La Belle au bois dormant, à travers une fin alternative qui donne une dimension très psychologique à la version édulcorée de Walt Disney sur laquelle elle se base.

Si l’intrigue en elle-même était vraiment bien trouvée – le baiser du Prince ne réveille pas Aurore qui se retrouve prise au piège d’un songe cauchemardesque dont elle doit se sortir seule, en démêlant le vrai du faux et en découvrant sa vraie nature et ses propres capacités – l’exécution n’a, pour moi, pas été à la hauteur.

Je pense que cela est dû en grande partie au décalage entre le conte raconté de façon traditionnelle à l’image d’un récit d’initiation à la portée universelle, et des personnages un peu creux aux réparties improbables et/ou trop contemporaines. D’ailleurs Maléfique (surnommée “Tantine” par la princesse au début du roman, ce qui casse un peu le mythe dès le départ !) considère Aurore et Philippe comme deux “adolescents” capricieux… et on peut dire que leur comportement lui donne raison !

J’ai quand même été au bout de ce roman, et je pense sincèrement que si j’ai été aussi déçue, c’est parce que cette histoire tient la route, qu’elle est pleine de bonnes idées mais qui n’ont pas été exploitées jusqu’au bout. Un rendez-vous raté… mais que je ne regrette en rien 🙂

 

Il était un rêve de Liz Braswell, Hachette Romans, 272 pages, 15,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult

Cet été-là, Sarah Ockler

cet été laL’histoire

D’après Frankie, la meilleure amie d’Anna, rien ne vaut les plages de Californie pour rencontrer des garçons. Et si elles en rencontrent au moins un par jour, il y a toutes les chances pour qu’Anna vive (enfin !) une première histoire d’amour.
Mais Anna, elle, n’a aucune envie de passer l’été à flirter en bikini… Parce qu’en réalité, elle a DÉJÀ vécu une première (et secrète) histoire d’amour : avec le grand frère de Frankie, un an plus tôt… juste avant qu’il ne meure brutalement, laissant sa famille et Anna anéantis.

Mon avis

Après L’été des secondes chances, Tu comprendras quand tu seras plus grande et Le goût de la vie entre autres, j’ai encore lu une histoire de deuil à surmonter et de vie à reconstruire, à croire que c’était le thème de mon été !

Cet été-là de Sarah Ockler raconte l’histoire d’Anna que l’on rencontre un an après la mort tragique de Matt, son premier amour. En plus de sa tristesse et de son incompréhension face à un tel événement, Anna se retrouve coincée dans une situation difficile puisqu’elle vit dans le secret de cette relation qui venait à peine de naître.

Elle cache ainsi l’étendue de sa peine à Frankie, sa meilleure amie et accessoirement petite sœur de Matt, afin de la protéger. Mais la jeune fille ne peut s’empêcher de se poser plein de questions : en tant que “petite amie cachée”, a-t-elle la légitimité de pleurer le garçon qu’elle a pourtant perdu elle aussi ? Et si leur histoire n’avait pas compté autant que cela ?

Ces interrogations se trouvent au cœur du roman, qui se déroule à un moment très particulier puisque Frankie et ses parents proposent à Anna de partir en vacances avec eux en Californie, afin de passer leur tout premier été “sans lui”.

J’ai trouvé ce roman très touchant et juste, Anna se retrouvant malgré elle dans une position intenable puisqu’elle est forcée de se taire en raison de sa promesse faite à Matt, alors que Frankie se montre de plus en plus exubérante à mesure qu’elle perd pied… Sa rencontre avec Sam va être bénéfique pour Anna puisqu’elle va lui permettre de faire face à son passé, son identité et sa place dans le monde.

Par contre, je trouve dommage que les amourettes des filles avec les garçons de Zanzibar Bay prennent autant de place, d’autant que cela n’apporte pas toujours grand chose au récit et surtout au traitement du thème principal.

Heureusement, le final rattrape ce livre qui avait pourtant bien commencé mais qui hésite trop longtemps entre amours de vacances et roman d’initiation. Les derniers chapitres nous apportent des réponses et une vision plus factuelle de ce qui s’est réellement passé l’été précédant et de ce qui était vraiment en jeu entre les deux amies. Une fin convaincante qui laisse le lecteur sur une note positive et pleine d’espoir…

 

Cet été-là de Sarah Ockler, Nathan, 352 pages, 16,95 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult

Dress code et petits secrets, Marianne Levy

dress-code-et-petits-secrets-694423-250-400L’histoire

À New York, il y a Chelsea. À Londres, Notting Hill. Et à Paris, Saint-Germain-des-Prés. Le repère des fashionistas. Quelques kilomètres carrés où personne ne plaisante lorsqu’il est question de style. Changer de robe, pour changer de vie… Capucine et Karine croyaient dur comme fer en cette formule magique. Elles décident donc de créer Chic, blogueuse star et icône du style parisien. Rapidement, leur créature numérique devient un gourou de la mode du web à la télé. Un succès fulgurant qui va transformer la vie des deux amies en cauchemar. Surtout quand un journaliste, cousin germain du prince charmant, menace de dénoncer leur imposture…

Mon avis

J’ai passé un bon moment avec Dress code et petits secrets, un roman au style original qui nous entraine dans les quartiers bourgeois de Paris et nous dévoile les dessous de la mode et de la télévision… Trois univers qui sont vraiment à des kilomètres du mien !

Marianne Levy se distingue des autres auteurs de chick lit par son humour décalé qui est très bien passé avec moi notamment grâce à des comparaisons vraiment bien trouvées. Par contre, je reprocherai un petit côté “trop parisien” qui m’a laissée à l’extérieur du récit, comme si je ne faisais qu’observer une faune exotique… mais je me demande après coup si ce n’était pas le but recherché !

Un autre petit regret : j’aurais tellement aimé lire des passages du blog créé par Capucine et Karine ! Rien que les titres des articles faisaient envie… j’ai donc été frustrée de ne pas avoir accès au contenu. Cela dit, en vouloir plus d’un auteur, c’est carrément bon signe et je lirai la suite prochainement, d’autant que nos héroïnes s’envolent pour New York ! 🙂

 

Dress code et petits secrets de Marianne Levy, disponible en auto-édition, 170 pages, 0,99 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance

De si jolis mensonges…, Léa Laurent

couv-jolis-mensongesL’histoire

Un brin délurée et paresseuse, sans un sou en poche et totalement accro du shopping. Voilà Lizzy Sullivan, 29 ans, une jeune femme incapable de garder un emploi et encore moins une relation amoureuse. Mais Lizzy en a assez d’attendre que le bonheur lui tombe dessus. Elle décide donc de passer à l’action. Et réussit à se faire embaucher comme styliste pour une grande marque de chaussures en s’inventant un CV et des compétences qu’elle est très loin d’avoir. Après tout, un mensonge n’a jamais fait de mal à personne… A condition de ne pas confier ses secrets à n’importe qui, surtout pas à un collègue un peu trop séduisant. Des petits mensonges certes, mais de grands désastres en perspective…

Mon avis

Dans De si jolis mensonges…, on fait la connaissance de Lizzy Sullivan, une héroïne qui n’est pas sans rappeler la célèbre Becky Bloomwood de la série L’accro du shopping imaginée par la reine de la chick-lit, Sophie Kinsella. Et on retrouve son côté drôle et un peu fou mais aussi ses plus grands défauts : en plus d’être un vrai panier percé, Lizzy Sullivan a le chic pour se mettre dans des situations impossibles. Elle ment souvent et se montre irresponsable à de nombreuses reprises, ce qui peut faire tiquer vu son âge…

Mais Lizzy est également très attachante, surtout quand on fait la connaissance de sa famille, en particulier sa mère qui ne manque jamais de lui faire remarquer à quel point elle n’est pas à la hauteur face à son frère qui arrive à être parfait en toutes circonstances.

J’ai passé un bon moment avec ce roman, surtout parce que j’ai éprouvé de la sympathie pour… l’auteure. Cela peut paraître bizarre dit comme ça et pourtant c’est ce que j’ai ressenti : Léa Laurent aime ses personnages et on sent qu’elle s’éclate à leur faire vivre toutes sortes de péripéties. C’est cela qui m’a le plus séduit, peut-être même plus que l’intrigue elle-même.

Sa bonne humeur est communicative et son roman fait du bien, surtout dans ce contexte morose. En résumé, De si jolis mensonges… est une bonne petite “rom com” sans prétention, parfaite pour se changer les idées. Son contenu est aussi coloré que sa couverture, la recette idéale pour voir la vie en rose quelques heures !

 

De si jolis mensonges… de Léa Laurent, City Editions, 256 pages, 16,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance

Otage de ma mémoire, Marilyse Trécourt – Concours Inside !

otage de ma mémoireL’histoire

“Je me sens impuissante, prisonnière d’une angoisse qui me submerge. Je ferme les yeux, à la recherche de souvenirs. Je me retrouve face à une porte en métal dur et froid, sans poignée. Je tambourine, je la pousse de toutes mes forces, je me jette contre elle, je pleure, je supplie, je la griffe avec mes ongles en sang. Mais elle résiste, imperturbable, impitoyablement fermée sur ma mémoire.”
En se réveillant ce matin-là, tous ses souvenirs ont disparu. Sa voix également. Qui est-elle ? Pourquoi personne ne s’inquiète-t-il de son absence ? Quelles sont les réelles motivations de ceux qui prétendent l’aider ? Et surtout, pourquoi l’éventualité de retrouver la mémoire l’effraie-t-elle autant ?

Mon avis

Il n’y pas si longtemps, j’ai partagé avec vous une interview de Marilyse Trécourt, dont je venais de lire le deuxième roman : Le Bon Dieu sans confession. Aujourd’hui, je viens vous parler de son tout dernier livre, Otage de ma mémoire, qui m’a lui aussi beaucoup plu même si cette fois encore, l’auteure nous entraîne dans un autre genre de récit, empreint de mystères et de mises en abîme.

Dans Otage de ma mémoire, on retrouve ses thèmes de prédilection : des personnages atypiques qui doivent affronter la réalité pour voir s’offrir un éventuel nouveau départ. Cette fois encore, la recette a très bien fonctionné pour moi et j’ai particulièrement apprécié l’ambiance pleine de suspense des premiers chapitres qui nous laissent pourtant dans le flou total !

Choisir un personnage principal amnésique, c’était pourtant prendre un sacré risque. Si en plus il est atteint d’aphasie (une perte du langage qui peut être provisoire comme permanente), cela corse encore un peu plus les choses ! Et Marilyse s’en est brillamment sortie, nous faisant partager le quotidien d’une héroïne tout sauf banale, dont on découvre l’histoire par petites touches.

D’ailleurs, je me suis fait balader jusqu’au dénouement et si j’ai regretté un final un peu rapide et un brin trop “happy” à mon goût, j’ai passé un très bon moment de lecture. Au fil des romans, l’écriture de l’auteure monte en puissance et fait preuve de plus en plus de personnalité et d’audace. Ce qui est admirable puisque comme je l’ai déjà dit, Marilyse Trécourt s’amuse à changer de registre à chaque nouvelle histoire.

 

Otage de ma mémoire de Marilyse Trécourt, 210 pages, 2,99 €.

Le concours

Marilyse a la gentillesse de vous offrir 3 exemplaires au format numérique de son roman 🙂

Pour tenter votre chance c’est simple, il vous suffit de :

– Laisser un commentaire sous ce post pour valider votre participation;

– Liker la page Facebook du blog et celle de l’auteure;

– Partager le concours sur vos réseaux préférés.

Le concours est ouvert jusqu’au 28 août, 23h59. Le nom des gagnants sera annoncé ici-même et sur les réseaux. S’ils ne se manifestent pas, je procéderai quelques jours plus tard à un nouveau tirage au sort 😉

Bonne chance à tous !

Edit : les gagnants tirés au sort sont Monia, Coralie Maloriol et Chris. Merci de m’envoyer votre adresse mail à labulledecoco@yahoo.fr, je la transmettrai ensuite à Marilyse qui vous enverra votre livre 🙂

NB : Si pas de nouvelles en fin de semaine, je procèderai à un nouveau tirage au sort.

Edit du 4 septembre : un exemplaire remis en jeu car déjà gagné ailleurs et une personne qui n’est pas venue réclamer son livre = un nouveau tirage au sort ! Bravo à Au fil des pages et Alice VN 🙂 Merci de m’envoyer votre adresse mail et bonne lecture !

Vous aimerez peut-être...

10 Comments

Catégorie Contemporain, Policiers / Thrillers / Suspense