Des éclaircies en fin de journée, Agathe Colombier Hochberg

des éclairciesL’histoire

Camille partage son temps entre sa librairie et sa fille de 16 ans, Léopoldine. Entre elles, beaucoup d’amour, une solide complicité, et pas mal de cris, parce qu’il semble que la fonction d’un ado est de rendre ses parents dingues. Camille entretient également de bonnes relations avec son ex-mari, Paul, qui a refait sa vie avec l’homme de ses rêves, et cela ne lui a jamais posé de problèmes, pas plus qu’à sa fille. Mais, lorsque le couple parfait décide de se marier et d’avoir un enfant, d’insidieuses émotions naissent chez Camille et Léo. Tandis que l’une a l’impression d’être la seule à ne pas avancer, l’autre se trouve confrontée au jugement de ses amis. Chacune y réagira à sa manière… L’orage approche.

Mon avis

Il y a tout juste 2 ans, je découvrais avec grand plaisir la plume délicate et pleine d’humour d’Agathe Colombier Hochberg, grâce à son roman Les vies turbulentes de Lady M et son héroïne aussi british qu’extravagante qui m’a beaucoup fait sourire.

Avec Des éclaircies en fin de journée, l’auteure nous propose une histoire peut-être moins loufoque, mais plus sensible, plus proche de nous et des préoccupations que l’on peut rencontrer au quotidien, que l’on se retrouve dans le personnage de Camille, la mère qui cherche à refaire sa vie, ou de Léo, sa fille en pleine crise d’ado.

J’ai beaucoup aimé ces chroniques douces-amères et je me suis attachée aux deux héroïnes qui, chacune à sa façon, essaye d’aller de l’avant. Divorcée d’un homme qui a refait sa vie avec un autre homme et qui s’offre une nouvelle jeunesse en accueillant un bébé, Camille a peur de s’enliser dans son quotidien et se lance dans une relation imparfaite qui a quand même le mérite de la faire sortir de sa zone de confort.

De son côté Léo a l’impression de perdre sa place de fille unique et subit le regard (et le jugement) des autres sur ses deux papas, tout en menant la vie d’une lycéenne typique, entre copains, crush et déboires scolaires…

Des éclaircies en fin de journée est un roman tout en légèreté mais qui ne manque pas de profondeur, avec des personnages qui nous semblent familiers et que l’on a du mal à quitter une fois le livre terminé. Petite cerise sur le gâteau : Camille est une libraire passionnée, et on se prend à rêver de lui rendre visite dans sa boutique, joliment baptisée Les Contemplations.

Ma note : 4/5

 

Des éclaircies en fin de journée d’Agathe Colombier Hochberg, chez Pygmalion, 287 pages, 18,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Contemporain

La Pâtissière de Long Island, Sylvia Lott

La-patissiere-de-Long-IslandL’histoire

Pour l’empêcher de fréquenter l’homme qu’elle aime, le père de Marie décide de l’envoyer aussi loin que possible de leur petit village de Frise orientale : à New York, chez ses deux frères. Avec pour seuls bagages son cœur brisé et la recette secrète de son gâteau au fromage blanc, elle débarque à Brooklyn en ce froid mois de novembre 1932, à la fois fascinée et terrifiée par ce qui l’entoure. Elle est bien loin de se douter de l’incroyable destin que lui réserve le Nouveau Monde.
Des décennies plus tard, Rona, sa petite-nièce en plein revers professionnel et sentimental, vient lui rendre visite. Marie lui raconte son histoire et lui confie la recette du cheesecake qui doit changer sa vie.

Mon avis

Je vais commencer cette chronique par une petite confession : ce roman a attendu dans ma PAL pendant presque un an et m’a fait culpabiliser pendant tout ce temps ! Je m’explique : malgré la couverture magnifique, le résumé qui correspondait parfaitement à mes goûts (le destin de deux femmes d’une même famille, à deux époques différentes) le tout couronné d’un soupçon de pâtisserie, je n’ai pas réussi à me lancer pour une raison “technique”. A chaque fois que je le sortais – généralement le soir, après une bonne journée de travail – la taille de la typo me décourageait. Et c’est bien dommage parce que d’une part, elle n’est pas si petite que ça et d’autre part, ce roman mérite largement qu’on prenne le temps de le savourer !

Avec La Pâtissière de Long Island, c’est tout un pan de l’histoire allemande que l’on découvre à travers le destin de Marie et de sa famille originaire de Frise orientale. Le récit commence dans les années 30 alors que la jeune femme est envoyée aux États-Unis où vivent déjà plusieurs de ses frères et sœurs. Elle découvre ainsi le Nouveau Monde, une autre façon de vivre et des idéaux modernes, tout en restant fidèle à Arthur, le maître d’école protestant dont elle est tombée amoureuse contre l’avis de son père.

Je n’ai malheureusement pas été captivée par cette histoire d’amour contrariée – il faut dire que dès le départ, je n’ai pas compris ce que Marie trouvait à Arthur, un personnage presque antipathique que j’ai eu du mal à cerner (à raison !) Par contre, j’ai vraiment apprécié que l’auteure s’attarde sur le thème de la famille, à travers les différences entre plusieurs générations, l’affection, le soutien mais aussi les disputes et les conflits qui surviennent alors que chaque membre essaye de réaliser ses rêves.

Si j’ai aimé découvrir la vie à Long Island à travers les yeux de Marie, de ses frères Willi et Fritz, ou encore de leurs amis écrivains, artistes ou entrepreneurs, j’ai trouvé que le récit trainait parfois un peu en longueur, au détriment de l’histoire de Rona, la petite-nièce de Marie qui essuie 70 ans plus tard un gros revers personnel et professionnel.

Néanmoins, l’histoire du Cheesecake New York Style est très réussie (et appétissante !) et Rona reçoit ce singulier héritage d’une bien jolie façon. J’ai beaucoup aimé la relation tardive entre Marie et Rona, et la “renaissance” de cette dernière qui nous fait découvrir la Frise orientale actuelle à la faveur d’un nouveau départ que l’on se plait à suivre et à s’imaginer.

En bref, La Pâtissière de Long Island est un roman historique très complet, avec de nombreuses qualités qui viennent compenser les petits bémols que j’ai évoqués. Je regrette seulement d’avoir mis autant de temps à le lire !

Ma note : 4/5

 

La Pâtissière de Long Island de Sylvia Lott, chez Piranha, 368 pages, 19 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Contemporain, Historique

Are you Alice ? #2, Ai Ninomiya et Ikumi Katagiri

are-you-alice-2-kazeL’histoire

Malgré les quelques aberrations du Pays des Merveilles auxquelles Alice a dû faire face, il reste déterminé à achever sa mission. C’est donc accompagné du Chapelier qu’il se rend devant le Passage de la Chenille afin d’y débusquer le Loir, seul informateur capable de leur indiquer où se terre le Lapin Blanc. Mais un obstacle majeur se dresse devant lui : le Duc. L’immonde créature n’est plus dupe et attaque la ville à la recherche de sa précieuse Alice. Ce dernier, dans un élan de confiance, ignore les ordres de son garde du corps et se lance aux devants du danger.

Mon avis

Vous voulez vraiment mon avis ? Vous n’allez pas être déçus ! Alors, par où commencer… Sûrement par le fait que je n’ai pas tout saisi dans ce deuxième tome, que je me suis retrouvée encore plus perdue que dans le premier, mais que bizarrement, j’ai plutôt apprécié ma lecture.

J’ai aimé retrouver le Chapelier Fou et le Cheshire Cat dont les dialogues sont toujours aussi savoureux, et rencontrer de nouveaux personnages, notamment la Duchesse et la 88ème Alice, celle qui a échoué à tuer le Lapin Blanc juste avant notre héros et qui porte désormais le nom de Regret.

Même si la quête de sens s’est avérée infructueuse pour moi, j’ai bien aimé les rêves et les flashbacks (ou était-ce des flashforwards ? A ce stade, je ne sais pas ce qu’il en est !), faisant d’Alice un personnage à part, qui apparemment fuie la réalité et/ou un acte commis dans le passé. Ou alors je n’ai rien compris. J’espère vraiment en savoir un peu plus dans le tome 3 !

Ma note : 3/5

 

Are you Alice ? #2 de Ai Ninomiya (scénario) et Ikumi Katagiri (illustrations), Kazé Éditions, 192 pages, 7,99 €.

 

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie BD / Mangas

La Lectrice, Traci Chee

la lectriceL’histoire

Il était une fois, et une fois il sera…
Ainsi commence l’histoire de Sefia, qui a perdu sa mère, son père, puis sa tante Nin à cause d’un étrange objet rectangulaire.
Ceci est un livre.
Dans un monde où personne ne sait lire, Sefia va devoir poursuivre une triple quête de sens, de vérité et de vengeance. Épaulée par un mystérieux allié qui possède ses propres sombres secrets, elle va sillonner jungles et mers, au gré de ces histoires qui font l’Histoire avec un grand H…

Mon avis

“Ceci est un livre”… et quel livre ! L’objet en lui-même est magnifique, avec une couverture exotique qui cache un contenu extrêmement riche : plusieurs histoires dans l’histoire, des empreintes, des ratures… et ces fameux “mots-fantômes” qui, une fois récoltés au fil des pages, forment des phrases invitant à la réflexion.

La plume de l’auteure est envoûtante et nous entraine avec aisance à la découverte d’un univers mystérieux dans lequel Sefia, notre jeune héroïne, vit de nombreuses aventures qui vont l’entrainer dans la jungle, sur un bateau de pirates, et lui faire entreprendre un voyage personnel à la découverte du Livre, de l’apprentissage de la lecture et des secrets entourant le passé de ses parents.

Quête de savoir, désir de vengeance, amitiés inattendues et trahisons sont au programme d’un premier tome qui pose les bases d’une intrigue complexe, dans laquelle on se perd pour mieux se retrouver, à la faveur d’un final épique qui laisse pourtant pas mal de questions en suspens…

Si j’ai parfois trouvé le rythme un peu lent et le récit un peu long, j’ai vraiment été séduite par le monde imaginé par Traci Chee qui signe là son premier roman, ce qui m’a complètement bluffée ! La Lectrice est à la fois un excellent roman d’aventures et une expérience pour le lecteur ou la lectrice qui, à son niveau, joue un rôle dans une histoire fascinante. Brillant !

Ma note : 4/5

 

La Lectrice de Traci Chee, Collection R, 528 pages, 18,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult, Science Fiction / Fantasy / Fantastique

Cœur de Hérisson #2, Nao Hinachi

coeur de hérisson 2L’histoire

Kii et Hozuki, désormais bon amis, projettent d’être dans le même groupe lors du prochain voyage scolaire. Mais Moeka, une camarade très populaire, semble s’intéresser de près à Hozuki et tente de le séduire ! Ce rapprochement inattendu pourrait bien avoir un effet positif sur la réputation du garçon-hérisson. Si Kii se réjouit pour lui, elle se sent également délaissée…

Mon avis

Après avoir complètement craqué pour Cœur de Hérisson, j’ai continué la série avec ce deuxième tome que j’ai trouvé très agréable à lire, bien qu’il soit à mon avis un cran en-dessous du premier.

On retrouve bien sûr nos deux héros en plein cœur d’une amitié amoureuse qui n’est pas encore bien définie. De nouveaux personnages font leur apparition et apportent un peu de tension entre Kii et Hozuki, mais sans vraiment les “bousculer” un peu. Je m’attendais à plus, même si la fin m’a beaucoup plu, tout comme le bonus surprise (mais je n’en dirai pas plus à ce sujet !)

Au final, j’ai trouvé cette suite mignonne mais il m’a manqué un petit quelque chose, un grain de fantaisie pour qu’elle me séduise complètement. J’espère que dans le tome 3, on retrouvera les petites touches d’humour qui étaient si chouettes dans le premier livre, qui reste mon chouchou à ce jour !

Ma note : 3/5

 

Cœur de Hérisson #2 de Nao Hinachi, chez Kazé Éditions, 188 pages, 6,79 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie BD / Mangas

Meilleures Ennemies, Ruth Fitzgerald

emily sparkesL’histoire

Emily a vraiment la poisse. Ses parents ont décidé d’avoir un nouveau bébé et sa meilleure amie a déménagé dans un coin paumé. Pire encore  : lors du voyage scolaire, elle risque de se retrouver à côté  de Gavin-Dégueu, le garçon le plus dégoûtant de l’école  !

Heureusement, une nouvelle, Chloe, une fille super glamour, débarque dans sa classe. Il faut à tout prix qu’elle devienne sa nouvelle amie, avant que Zuzanna, sa pire ennemie, ne lui mette le grappin dessus..

Mais la fille la plus chic de la classe n’est vraiment pas facile à satisfaire. Alors pour se lier avec elle, Emily tente tout… jusqu’à la catastrophe !

Mon avis

Meilleures Ennemies est le premier titre de Dreamland (la nouvelle collection jeunesse de City) que je découvre et je sais d’ores et déjà que ce ne sera pas le dernier ! Dans ce roman dans la lignée de ceux de Holy Smale (Geek Girl) ou encore de Jenny Smith (Ma vie toute pourrie), nous suivons les mésaventures d’Emily, une héroïne de 11 ans confrontée à pas mal de soucis.

Sa meilleure amie a déménagé, ses parents un peu à l’ouest n’ont pas encore trouvé le temps de donner un prénom à sa nouvelle petite sœur (surnommée Yoda, faute de mieux) et elle se voit bien obligée de devenir amie avec la nouvelle de la classe si elle ne veut pas finir en binôme avec un garçon qui la dégoûte. Sauf que Zuzanna, sa pire ennemie, est aussi sur le coup ! Emily va devoir faire preuve d’ingéniosité pour arriver à ses fins…

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai trouvé moderne et très drôle. D’ailleurs, j’ai ri à plusieurs reprises et j’ai été particulièrement séduite par la galerie de personnages hauts en couleurs imaginés par l’auteure : les copines qui cachent bien leur jeu, les parents un peu sous l’eau depuis l’arrivée de leur 2ème enfant, la grand-mère excentrique, la maîtresse d’école un obsédée par l’histoire des Tudors, la vie à l’époque des Tudors, la cuisine au temps des Tudors… (ça tombe bien puisque je suis passionnée par les Tudors !)

Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’ai vraiment apprécié l’évolution d’Emily qui n’hésite pas à se lancer des défis mais aussi à reconnaître ses torts et à se demander jusqu’où elle est prête à aller pour plaire aux autres. J’ai hâte de retrouver tout ce petit monde dans le tome 2 des Petits Malheurs de Emily Sparkes, dont la parution est prévue pour la fin de l’été.

Ma note : 4/5

Meilleures Ennemies, Les Petits Malheurs de Emily Sparkes #1 de Ruth Fitzgerald, chez Dreamland, 256 pages, 11,95 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult

Seuls au monde #1, Emmy Laybourne

seuls au mondeL’histoire

La fin du monde débute comme un jour ordinaire où tout bascule soudain. Une tempête de grêle. Un accident. Des morts. A peine le temps de retrouver ses esprits qu’il faut déjà courir, chercher un abri. Dehors, la menace plane toujours, contaminant l’air. La grêle n’était qu’un début. Ils sont quatorze pris au piège dans un centre commercial. A attendre une aide qui ne viendra jamais.

Mon avis

Ce n’est qu’en commençant la lecture de Seuls au monde que je me suis rendue compte qu’il s’agissait d’un autre roman d’Emmy Laybourne, une auteure qui m’avait fait grande impression en début d’année avec Sweet. Je ne risquais donc pas grand chose à me lancer dans cette nouvelle et prometteuse saga !

Dans cette histoire, des lycéens et des écoliers se retrouvent coincés dans un supermarché après avoir échappé à la mort. Laissés sur place par la seule adulte partie chercher du secours à l’extérieur, le narrateur Dean, son frère Alex, et d’autres camarades de classe vont devoir s’organiser pour survivre et gérer les besoins des plus petits. Mais des événements étranges (voire carrément flippants) commencent à se produire…

Le récit démarre à toute vitesse et on est propulsé dans une sorte de film catastrophe dans lequel les jeunes sont les héros. Mais après l’attrait de la nouveauté et quelques scènes d’une grande intensité, je dois dire que mon intérêt a commencé à faiblir au fil des chapitres.

En toute franchise, je ne sais pas à quoi cela est dû. Je n’ai pas accroché plus que ça aux personnages, aux situations qu’ils traversaient et je n’ai pas été surprise par l’évolution de l’intrigue. Pourtant, cela n’a pas été une mauvaise lecture pour autant.

Peut-être que Seuls au monde n’est tout simplement pas une série pour moi, puisque je n’ai pas particulièrement envide de connaitre la suite… tout en trouvant le concept et le style très bons !

Ma note : 3/5

 

Seuls au monde #1 d’Emmy Laybourne, Le Livre de Poche Jeunesse, 352 pages, 7,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Jeunesse / Young adult, Science Fiction / Fantasy / Fantastique

Are you Alice ? #1, Ai Ninomiya et Ikumi Katagiri

are you alice 1L’histoire

Au cours d’une balade, un jeune homme désabusé pénètre par hasard dans un étrange Pays des Merveilles où chacun est persuadé qu’il s’appelle “Alice”. D’abord guidé par un facétieux homme-chat du Cheshire, il entrevoit peu à peu les règles qui régissent ce monde et ses dangers. Rapidement convoqué par le souverain du pays, la Reine de Cœur, il reçoit l’ordre de participer en tant qu'”Alice” à un jeu meurtrier consistant à tuer le Lapin Blanc ! Bon gré, mal gré, c’est donc armé et accompagné par le mystérieux Chapelier Fou qu’il se lance dans la partie de chasse. Mais attention, dans cet univers délirant, toute infraction à la règle se paye le prix fort…

Mon avis

Ces derniers temps, la tendance est clairement à la réécriture de contes et je dois dire que cela me plait beaucoup ! J’ai donc eu du mal à résister à cette série de mangas qui propose une nouvelle version d’Alice au pays des merveilles, à travers une sorte de jeu de rôles plutôt étrange et décalé.

On suit ainsi les aventures de notre “Alice”, un jeune homme innocent qui se retrouve dans un pays des merveilles aussi loufoque que l’original. Après avoir rencontré le Cheshire Cat – toujours fidèle à lui-même ! – ainsi qu’un Chapelier Fou à la fois mystérieux et séduisant, voilà notre héros chargé d’une mission spéciale puisque la jeune et très jolie Reine de Cœur lui a ordonné de tuer le Lapin Blanc.

Je dois dire que j’ai plutôt aimé me plonger dans cet univers. Les illustrations sont superbes, même si du côté du scénario, ça part un peu dans tous les sens. Mais vu le thème abordé, il aurait été difficile de faire autrement ! Et il faut reconnaître que l’intrigue réussit le pari de s’inscrire dans la continuité de celle de Lewis Carroll tout en la modernisant.

Le fait d’être un peu perdu durant la lecture est à la fois perturbant et grisant. Je ne peux pas vraiment en dire plus puisqu’il s’agit d’un tome introductif mettant en place personnages et décor. Mais je suis vraiment curieuse de voir comment cet univers va être développé, et ce que nos héros vont devoir affronter… J’espère vraiment être surprise et peut-être un peu plus “en immersion” dans le tome 2 !

Ma note : 3/5

 

Are you Alice ? #1 de Ai Ninomiya (scénario) et Ikumi Katagiri (illustrations), Kazé Éditions, 192 pages, 7,99 €.

NB : Découvrez la fiche et le trailer de ce premier tome de Are you Alice ? sur le site de Kazé en cliquant ici !

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie BD / Mangas

Les Lionnes de Venise, Mireille Calmel

les lionnes de veniseL’histoire

Venise, campo Santa Fosca, octobre 1627. Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure.

Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s’immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s’enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l’amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots.

Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu’elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu’elle recèle le secret du pouvoir absolu.

Mon avis

Les Lionnes de Venise est le premier tome d’une nouvelle série historique écrite par Mireille Calmel, dont je découvre seulement la plume et le talent. A l’image de la sublime couverture du roman, le style de l’auteure est à la fois élégant, poétique et d’une puissance évocatrice telle qu’en quelques lignes seulement, on se retrouve plongé dans la Venise du XVIIème siècle, dans ce qu’elle a de plus beau et de plus laid.

Entre les puissants et les courtisanes, les religieux et les simples gens, le lecteur part à la rencontre de personnalités bien différentes, tout en suivant le parcours semé d’embûches de la jeune et jolie Lucia qui se retrouve au cœur d’une intrigue complexe où chacun cache son vrai visage… alors-même que se tient l’un des carnavals les plus célèbres au monde !

J’ai vraiment apprécié l’écriture riche et pleine de détails de Mireille Calmel qui nous offre un récit mené tambour battant, que l’on suit comme un film historique plein de couleurs, de scènes d’action et d’amour, de rebondissements inattendus… On en prend vraiment plein les yeux !

Mais c’est peut-être aussi ce que je reprocherai à ce roman car j’ai souvent eu l’impression de n’être qu’une simple spectatrice, de rester en dehors de l’histoire. Par moments, j’ai aussi été perdue entre les personnages qui jouent un double-jeu, les vrais traitres et les faux méchants… Et j’ai eu du mal à saisir la subtilité des motivations de chacun des hommes qui gravitent autour de Lucia : Giorgio, Marco, Pablo, Luigi, Henri… J’ai dû m’accrocher pour ne pas perdre le fil !

Cela dit, je me suis vraiment prise au jeu de ce roman qui m’a plongée au cœur d’une Venise d’une autre époque, des bas-fonds jusque dans les plus beaux palais qui nous révèlent bon nombre de secrets d’alcôve. Je lirai donc la suite (les suites ?) avec grand plaisir, et je pense me pencher sur les autres séries de l’auteure, notamment celle sur Aliénor d’Aquitaine qui me fait de l’œil depuis longtemps !

Ma note : 3/5

 

Les Lionnes de Venise de Mireille Calmel, XO Éditions, 352 pages, 19,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laissez un commentaire

Catégorie Chick Lit / Romance, Historique