1984, George Orwell

1984, George Orwell

Orwell George - 1984

Un classique que je voulais découvrir depuis longtemps, merci aux Editions Gallimard de me l’avoir envoyé !

L’histoire

De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée.

Mon avis

Que ce roman fait froid dans le dos ! Il m’a fait le même effet “physique” que La route de Cormac McCarthy, sauf qu’il est bien plus effrayant tant il évoque une société qui pourrait être la nôtre, dans une dictature poussée à l’extrême. Et même, on retrouve cet aspect malsain de nos démocraties modernes, à savoir le fait d’être constamment surveillé (les caméras, les traces de cartes bleue qui montrent nos habitudes de consommation les plus triviales, etc…), et cette façon d’orienter notre pensée en nous bourrant le crâne d’informations aseptisées, simplifiées, vides de contenu, toutes prêtes à être digérées et relayées bêtement… Oops, je m’égare !

C’est un peu difficile de parler de ce roman comme d’une simple fiction, sachant le contexte dans lequel il a été écrit (publié en 1949, il s’inspire notamment des régimes stalinien et nazi). Il entraîne inévitablement une réflexion politique et philosophique sur l’homme, sa liberté de penser, d’agir, de vouloir… dans un cadre où il est constamment désorienté, manipulé, asservi.

Rien que le concept de novlangue est effrayant (limiter le nombre de mots pour limiter la pensée elle-même et de ce fait, détruire toute possibilité de subversion). Sans parler des télécrans, des 2 minutes de la haine, des méthodes d’évaporation permettant de faire disparaitre les fauteurs de trouble. Tous ces éléments contribuent à créer un climat de terreur dans lequel un futur meilleur n’est même pas à espérer. Et sans espoir, que nous reste-t-il ?

C’est l’un des rares livres dont je peux vraiment dire “Il faut l’avoir lu !”

 

Cette lecture rentre dans le cadre du challenge des Lieux Imaginaires d’Arieste, catégorie dystopie…

logo-challenge-lieux-imaginaires

1984, de George Orwell, Folio, 438 pages, 8,10 €.

Vous aimerez peut-être...

6 Replies to “1984, George Orwell”

  1. j’ai un questionnaire a faire sur le roman Georges Orwell et je n’y arrive pas pouvais vous m’aider?
    Quel est le climat particulier évoque dans le roman? Expliquez
    Comment le totalitarisme parvient-il à transformer la ville et l’intimité de Winston ?quel est le but recherché?
    Sou quel forme se fait la surveillance dans 1984? quel est le sentiment de la population vis-a-vis de cette surveillance?
    Quel est le rôle du télécran dans le roman?Expliquez?

    1. Bonjour Munife… Je vais passer mon tour, j’ai déjà fait mes devoirs !!
      Mais lire le roman me semble un bon moyen de trouver les réponses à ces questions assez faciles.
      Alors, bonne lecture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow