Diana racontée par elle-même, Andrew Morton

Diana racontée par elle-même, Andrew Morton

diana racontée par elle -meme

Le résumé

Lorsque la première édition de cette biographie parut en 1992, le public ignorait à quel point la princesse de Galles s’était impliquée dans sa rédaction.
Elle y révélait les détails de son mariage, sa boulimie, ses tentatives de suicide, l’existence de Camilla, ses relations difficiles avec les membres de la famille royale, mais aussi ses bonheurs de mère et son souhait d’une nouvelle vie, loin des photographes.
Dans l’impossibilité de dire publiquement sa détresse, Diana ne pouvait à l’époque reconnaître que des entretiens avaient été menés en grand secret au palais de Kensington.
Deux décennies après sa mort à Paris, le 31 août 1997, cette réédition augmentée inclut les propos exacts prononcés par Diana lors des séances d’enregistrement, ainsi que des passages presque inaudibles que de nouvelles techniques ont permis de décrypter.

Mon avis

Journaliste spécialiste de la famille royale britannique, Andrew Morton s’est indirectement vu confier la tâche périlleuse d’écrire la biographie de Diana, alors désireuse de transmettre son histoire, sa vérité, à sa façon. Vingt ans après sa disparition, on se rend compte qu’on était encore loin de savoir qui était réellement cette princesse devenue une icône, un symbole, presque une légende.

Bien sûr, les événements relatés ici sont connus du grand public depuis la parution originale de l’ouvrage en 1992. Ce qui fait la force de cette nouvelle édition est sans conteste la première partie, qui rassemble en une centaine de pages des propos inédits prononcés par la princesse elle-même, sur le ton de la confidence.

Ces témoignages – de quelques lignes à quelques pages revenant sur des élément précis de sa vie – font revivre Lady Di, qui fait preuve d’une simplicité et d’une honnêteté désarmante. Avec sensibilité mais aussi avec intelligence, elle porte un regard lucide sur la jeune fille naïve qu’elle a été, sur l’envers du décor de son “conte de fées”, ainsi que sur le rôle que les circonstances l’ont amenée à jouer.

 

Diana racontée par elle-même d’Andrew Morton, L’Archipel, 484 pages, 22 €.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow