La Promesse d’un ciel étoilé, Alison McQueen

La Promesse d’un ciel étoilé, Alison McQueen

la promesse d'un ciel étoiléL’histoire

1957. Sophie a vingt-sept ans lorsqu’elle épouse Lucien, un diplomate, et part s’installer avec lui à New Delhi, une destination qui réveille en elle de douloureux souvenirs.
1947. Sophie vit en Inde, dans le palais d’un maharaja où son père assiste le médecin-chef. Pour échapper à sa mère tyrannique, Sophie explore ce palais aux mille et un enchantements et rencontre Jag, un jeune Indien de son âge parlant anglais. Immédiatement complices, ils se voient en cachette de leurs parents. La nuit de la Partition, le 15 août 1947, ils consomment leur amour dans un jardin clos du palais. Quand, du jour au lendemain, les musulmans quittent le service du maharaja pour émigrer au Pakistan, Jag part avant que Sophie ait pu lui annoncer sa grossesse.
De retour sur les terres indiennes, Sophie parviendra-t-elle à se réconcilier avec son passé ?

Mon avis

Je ne connaissais pas du tout Alison McQueen avant de lire La Promesse d’un ciel étoilé et je suis certaine d’une chose : je lirai ses autres romans sans même jeter un œil à leur résumé ! J’ai adoré suivre l’histoire d’amour impossible entre Sophie et Jag, leur destinée loin de l’autre que ce soit en 1947 ou en 1957, le tout sur fond de paysages lointains et de culture indienne, à une époque charnière du XXe siècle.

C’est un roman qui prend le temps de s’installer, à travers la naissance d’un amour inattendu entre la fille d’un médecin anglais et un jeune serviteur indien qui vivent leurs premiers émois dans les couloirs secrets du palais d’un maharaja. Puis vient le temps de la séparation inévitable de nos héros, de leur désespoir et leurs batailles… et enfin l’éventualité de leurs retrouvailles, alors que Sophie retourne en Inde aux côtés de son mari diplomate.

On peut regretter quelques petites longueurs au tout début du roman – une scène en particulier qui ne sert pas à grand chose – mais il est tout simplement impossible de le reprocher à l’auteure qui arrive à développer une intrigue extrêmement riche dans les thèmes abordés : le poids des coutumes et des traditions, la condition des femmes (quelles que soient leurs origines finalement) et celle des Intouchables, la maltraitance et le désespoir, l’exode, le deuil et la survie…

Alison McQueen mêle brillamment sa “petite” histoire à la grande au moment de la partition des Indes, cet événement historique qui a entrainé l’un des plus grands déplacements de population que le continent ait connu, dans un climat trouble marqué par la misère et la violence.

Au fil des chapitres, l’intensité monte crescendo jusqu’à un final rempli d’émotions, un véritable feu d’artifices qui fait de La Promesse d’un ciel étoilé un petit bijou romanesque. Si je ne venais pas tout juste de le terminer, je le relirai ! Je pense que je le ferai un jour prochain, et en attendant je suis ravie de pouvoir vous conseiller ce très beau livre.

Ma note : 5/5

 

La promesse d’un ciel étoilé d’Alison McQueen, aux Presses de la Cité, 464 pages, 21 €.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow