Nos étoiles contraires, John Green

Nos étoiles contraires, John Green

Nos étoiles contraires

L’histoire

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis

Nos étoiles contraires a déjà séduit une bonne partie de la blogosphère et pour cause, cette Love Story version teenager a l’audace d’aborder un sujet grave (le cancer chez les adolescents) tout en évitant de plonger dans le pathos, préférant mettre en avant l’humour, la maturité mais aussi le questionnement existentiel des adolescents.

Le couple phare de l’histoire, c’est Hazel, 16 ans, une jeune fille qui se compare à une grenade (cf la citation du jeudi) et qui refuse de se lier d’amitié avec d’autres personnes de peur de les faire souffrir, et Augustus, 17 ans, un jeune homme plein de vie, en phase de rémission. Sur la même longueur d’onde – ils partagent notamment un humour un peu noir, quoique surtout très lucide – les deux jeunes gens vont entamer une histoire d’amour aussi forte qu’inespérée.

J’ai trouvé ces deux personnages particulièrement attachants, et certaines de leurs remarques sont vraiment bien trouvées (notamment lorsqu’ils évoquent les fameux “cadeaux cancer”, les réactions de leur entourage, la difficulté de communiquer avec des parents presque détruits par l’épreuve…) J’ai aussi beaucoup aimé deux personnages secondaires, Isaac, jeune malade qui connait ses premiers déboires amoureux, et Van Houten, l’écrivain aussi génial qu’odieux… (d’ailleurs, j’aurais bien aimé lire son roman, s’il avait existé). Et presque dans l’ombre, les parents qui tentent de faire face comme ils peuvent à la maladie de leur enfant.

Bien que ce soit une fiction, j’ai trouvé ce roman très vrai. La réalité de la maladie est évoquée avec honnêteté, sans embellissements qui pourraient faire de ces malades ordinaires des héros de tragédie. Reste que ces personnages vont se lancer envers et contre tout dans l’aventure de leur vie, même si rien ne se passe comme ils l’auraient souhaité…

Je remercie les Editions Nathan de m’avoir fait découvrir ce très beau roman.

 

Nos étoiles contraires, de John Green, chez Nathan, 330 pages, 16,50 €.

Vous aimerez peut-être...

2 Replies to “Nos étoiles contraires, John Green”

  1. Moi aussi j’ai beaucoup aimé Nos étoiles contraires. C’est vrai qu’il y a un côté “love story” dans ce roman.
    J’avais déjà lu du John Green et je n’ai pas été déçue du tout par celui-ci du coup le Théorème des Katherine vient de rejoindre ma PAL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow