Serre-moi fort, Claire Favan

L’histoire

“Serre-moi fort.” Cela pourrait être un appel au secours désespéré.
Du jeune Nick, d’abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa sœur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l’incertitude et l’absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l’Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité.
Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l’enquête sur la découverte d’un effroyable charnier dans l’Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psychologique d’une rare violence…

Mon avis

Serre-moi fort est composé comme un drame en trois actes. On commence le roman aux côtés de Nick, un ado dont le quotidien est complètement bouleversé par la disparition de la sœur ainée, une jeune fille bien comme il faut, belle, populaire et promise à un brillant avenir. On assiste impuissant au spectacle déchirant d’une famille qui se décompose et sombre face au drame, les parents se laissant progressivement submerger par la douleur et l’incompréhension. Cette première partie est magistralement écrite, tant on ressent de l’empathie pour Nick dont la vie entière va être brisée puis modelée en fonction de la tragédie que sa famille a vécu. Et la dernière ligne de cette partie provoque une véritable onde de choc : si l’intrigue était déjà addictive, j’ai eu pour ma part encore plus envie de poursuivre ma lecture !

Le changement de point de vue dans la deuxième partie m’a un peu déstabilisée. J’ai eu beaucoup de mal à passer à l’histoire d’Adam Gibson, tant j’avais envie de retrouver le personnage de Nick, bien plus intéressant à mes yeux. J’ai continué ma lecture en espérant arriver rapidement au point de connexion entre les deux destinées, mais ça n’est jamais vraiment arrivé, et j’avoue avoir un peu décroché à partir du moment où le lieutenant se rend dans la fameuse prison pour une raison un peu bancale à mon sens. Les scènes qui ont suivi sont déroutantes par leur violence et j’avais très envie qu’elles prennent fin le plus rapidement possible ! L’écriture sans fards de Claire Favan ne laisse aucune échappatoire, que ce soit à ses personnages ou à ses lecteurs qu’elle ne ménage pas… On ne peut y rester indifférent, et c’est pour moi un très bon point.

Mais c’est la troisième partie qui m’a laissée le plus dubitative finalement : soit on accepte la coïncidence et on se prend au jeu de la confrontation, soit on reste sur l’idée que quand même, le hasard fait bien (ou mal ?) les choses et on reste un peu en dehors du dénouement. Et c’est malheureusement ce qui m’est arrivé. Je n’ai pas vraiment adhéré à ce choix pourtant intéressant et à l’évolution trop brusque d’un personnage… Néanmoins, j’ai beaucoup aimé la toute fin de l’histoire, qui donne une dernière claque au lecteur, comme ça, pour qu’il n’oublie pas sa lecture de sitôt !

En résumé, et malgré des parties que j’ai trouvées inégales, Serre-moi fort est un page-turner dont on se souvient encore longtemps après l’avoir terminé… Je tenterai sans doute un autre roman de cette auteure qui, j’en suis sûre, à encore pleins de tours bien glauques dans son sac !

Serre-moi fort, de Claire Favan, chez Robert Laffont, 384 pages, 20 €.

Vous aimerez peut-être...

4 Commentaires

Catégorie Policiers / Thrillers / Suspense

4 réponses à Serre-moi fort, Claire Favan

  1. J’ai entendu beaucoup de bien sur ce roman et ton avis plus mitigé me rassure ! Je peux encore attendre avant de me l’acheter 🙂

  2. Pour ma part, ça avait été un véritable coup de cœur. Mais je fais partie des lecteurs qui ont accepté la coïncidence sans se prendre plus la tête que ça, en effet. Pour la deuxième partie, j’attendais impatiemment qu’Adam fasse le lien, et je cherchais à savoir comment il allait le faire.
    Mais vraiment, c’est l’écriture de Claire Favan que j’ai trouvée vraiment addictive, tout en étant parfois très dérangeante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *